Pierre Lachaier, le 13 janvier 2008

LES KHOJAS DUODÉCIMAINS GUJARATIPHONES
La Jamate de La Courneuve et le réseau khoja mondial.

Dans la deuxième partie du XIXe siècle, beaucoup d’Indiens émigrèrent dans les colonies des empires britannique, mais aussi français et portugais de l’Océan indien pour remplacer une main d’œuvre esclave émancipée. Alors que les premières vagues d’émigrants vinrent travailler sous contrat (indenture labour), la majorité des expatriés indépendants (free passengers) qui les suivirent en bien moindre nombre appartenaient souvent à quelques castes et communautés à vocation marchande, dont les Khojas chiites duodécimains, ou Khojas Ithna Ashery. Issus du Gujarat et de Bombay, ces Khojas s’établirent à Madagascar, où ils ne tardèrent pas à prospérer jusqu’à contrôler une bonne partie de l’économie malgache. A partir des années 1970, ils commencèrent à émigrer en France métropolitaine et y reformèrent des communautés locales (Jamates). Nous présenterons les résultats d’une enquête menée du point de vue d’une anthropologie sociale indianiste dans leur centre de La Courneuve, en banlieue parisienne nord, donnerons quelques compléments d’information sur leurs condisciples rencontrés en 2008 en Inde du nord et esquisserons la structure du réseau aujourd’hui mondialisé de toutes les jamates et institutions khojas.

Lire la communication tout en regardant la présentation visuelle.

Bibliographie

BLANCHY, Sophie : Karana et Banians, Les communautés commerçantes d’origine indienne à Madagascar, Préface Pierre Vérin, L’Harmattan, Paris, 1995, 346 p.

BOIVIN, Michel : Les Ismaéliens, Ed. Brepols, 1998, 223 p.

ENGINEER, A. A. : The Muslim Communities of Gujarat, An Explanatory Study of Bohras, Khojas and Memons, Ajanta Publications, Delhi, 1989, 275 p.

GOBILLOT, Geneviève : Les Chiites, Brepols, 1998, 224 p.

LACHAIER, Pierre : « Les Khojas duodécimains de Madagascar », p. 138-143, in C. Servan-Schreiber et Vasoodeven Vuddamalay, éds., Hommes et Migrations, Paris, n°1268-1269, Juillet-Octobre 2007.

LACHAIER, Pierre : « Mapping the Gujarati Muslim Communities in Paris », p. 10-24 in MUKADAM, Anjoom and MAWANI, Sharmina, editors, Gujaratis in the West: Evolving Identities in Contemporary Society, Cambridg Scholars Publishing, Newcastle, 2007.

PINAULT, David : The Shiites : ritual and popular piety in a Muslim community, St. Martin’s Press, New York, 1993 (first ed. 1992), 210 p.

Equipe Diaspora de l’Océan Indien, le 20 janvier 2009

Séminaire le Mardi 20 janvier à 14 heures, Salle 709, 54 boulevard Raspail au Centre d’Etudes de l’inde et de l’Asie du Sud.

Un film de Daniel Negers : « Images brutes d’une ‘cérémonie’ sacrificielle en milieu indo-guadeloupéen. »

Une communication de Mathieu Claveyrolas : « Esclaves ou conquérants? Les récits fondateurs de l’identité indo-mauricienne ».

Sandrine Prévot, le 16 décembre 2008

Pour écouter l’intervention de Sandrine Prévot, cliquez ici. La présentation visuelle est disponible ici.

LA VIE QUOTIDIENNE DANS UN CAMPEMENT DE PASTEURS NOMADES DU RAJASTHAN

Les travaux de Sandrine Prévot portent sur les Raika éleveurs de moutons et de dromadaires du Rajasthan. Durant les 40 dernières années, le mode de vie de ces éleveurs s’est modifié : les réformes agraires, l’extension de l’agriculture, la dégradation écologique, et l’augmentation de la population animale ont provoqué une saturation des pâturages disponibles et ont engendré des déplacements plus lointains et de plus longue durée. Alors qu’autrefois les Raika se déplaçaient à l’intérieur du Rajasthan, aujourd’hui ils ont adopté un mode de vie nomade et parcourent plus de 2000 km par an à travers les Etats du Rajasthan, du Madhya Pradesh et de l’Uttar Pradesh.

Parce que le mouvement n’est pas un simple déplacement d’individus mais implique une organisation spécifique, je présenterai la structure d’un groupe nomade, la vie dans les campements, les repas, les soins donnés aux animaux, les relations entre membres du campement, relations avec les agriculteurs, l’administration et les relations avec les autres groupes nomades. Cette présentation sera illustrée par de nombreuses photographies.

Bibliographie

Sandrine Prévot, 2007, Les nomades d’aujourd’hui : ethnologie des éleveurs raika en Inde, Montreuil, Aux lieux d’être, 286p.

Aurélie Varrel – Soutenance de thèse – 5 décembre 2008

Aurélie Varrel soutiendra sa thèse de géographie le vendredi 5 décembre à 14h à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers, salle Mélusine.

Titre : « Back to Bangalore. Etude géographique de la migration de retour des Indiens très qualifiés à Bangalore (Inde). »

Jury :
Françoise Dureau, géographe, Directrice de recherche à l’IRD, MIGRINTER, université de Poitiers
Laurent Faret, Professeur de géographie à l’université Paris VII-Denis Diderot
Frédéric Landy, Professeur de géographie à l’université Paris X-Nanterre (pré-rapporteur)
Jean Baptiste Meyer, socio-économiste, Directeur de recherche à l’IRD (pré-rapporteur)
Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche au CNRS, Migrinter, université de Poitiers (directeur)

Résumé de la thèse :
Le tryptique ville – mondialisation – migration est mis en perspective à partir d’un poste d’observation situé au Sud : la ville de Bangalore, la cinquième ville de l’Inde par la population, largement présentée comme la « Silicon Valley indienne ». L’objet d’analyse est le phénomène de migration de retour de migrants indiens très qualifiés, salariés du secteur des hautes et des nouvelles technologies, revenant majoritairement des Etats-Unis à Bangalore. La recherche articule géographie des migrations et géographie urbaine dans une démarche compréhensive qui permet d’appréhender les pratiques de l’espace et les significations qui leur sont attachées, ainsi que les échelles collective et individuelle du fait migratoire. Elle interroge ainsi une notion et une catégorie en géographie des migrations : la migration de retour et les migrants très qualifiés. La thèse montre que le retour s’insère dans les évolutions de la dynamique technopolitaine qui caractérise Bangalore. Elle souligne la pertinence de la notion de migration de retour comme catégorie analytique du projet migratoire des acteurs, comme processus et comme moment de trajectoires migratoires de plus en plus transnationales. Par ailleurs le rôle joué par les migrants dans la fabrique métropolitaine et technopolitaine est mis en évidence par l’étude de leurs pratiques résidentielles, en particulier pour le développement d’un urbanisme d’enclave. Cultivant l’entre-deux, les migrants de retour renforcent le rôle de Bangalore en tant que pôle du champ migratoire indien.

Mots-clés : Migration – Migration de retour – Compétences – Ville – Technopole – Enclave – NTIC – Bangalore – Inde

Introduction au séminaire – Le 21 novembre 2008

Le séminaire MIDAS a été lancé le 21 novembre à Nanterre. La séance a consisté en une introduction portant sur les grandes orientations que nous aimerions donner au séminaire.

Vous pouvez écouter la séance ici, lire le texte et regarder la présentation ici.

Séminaire Anthropologie des mondes marchands et industriels indiens

Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), École française d’Extrême-Orient (EFEO-CEIAS)

Anthropologie des mondes marchands et industriels indiens
Communautés marchandes en diaspora
2008-9.

Au XIXème siècle, des commerçants originaires du Gujarat migrent en grand nombre dans les colonies britanniques d’Afrique orientale ainsi que dans les îles francophones de l’Océan indien, Maurice, La Réunion et Madagascar. Hindous ou musulmans, la très grande majorité de ces commerçants appartient à quelques communautés ou castes à vocation marchande aujourd’hui mieux répertoriées, dont plusieurs ont construit leurs propres réseaux maintenant mondialisés. Le séminaire s’appuiera sur la littérature existante ainsi que sur les recherches en cours pour en identifier quelques-unes et décrire leurs réseaux.

Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master. Le contenu des séances sera modulé en tenant compte des intérêts scientifiques des participants.

Lecture de l’anglais indispensable.

Pierre LACHAIER,

Maître de conférence de l’École française d’Extrême-Orient

Centre d’étude de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS)

2ème et 4ème lundis du mois de 19 h à 21 h (EHESS, 105 bd Raspail, salle 6), à partir du 10 novembre

Renseignements : P. Lachaier : pierre.lachaier@wanadoo.fr, tél. : 01 46 83 95 73.

La communauté indienne de Dar-es-Salaam (1891-1914)

Études gujarati et sindhi : sociétés, langues et cultures. « Club-Gujarat & Sindh-Club », École française d’Extrême-Orient

Franck RAIMBAULT, Agrégé de l’Université et docteur en histoire, membre du Centre d’Etudes des Mondes Africains (CEMAf) de l’Université de Paris Panthéon-Sorbonne

La communauté indienne de Dar-es-Salaam durant la domination allemande (1891-1914)
Le positionnement d’une diaspora au sein d’une société coloniale

Malgré leur statut de sujets britanniques, les Indiens, essentiellement originaires du Gujarat et de toutes religions, se virent proposer une place de choix au sein d’une société coloniale allemande en construction qui offrait d’importantes opportunités économiques. Leurs négociants développèrent d’abord un discours d’attachement à l’œuvre coloniale allemande ; mais celui-ci dut se faire plus défensif lorsqu’ils se heurtèrent à partir de 1905 à un petit colonat européen qui leur était hostile pour des raisons économiques et raciales. De cette confrontation émergea une identité indienne transcendant des appartenances religieuses par ailleurs fort vivaces.

Mercredi 5 novembre 2008, de 18 à 20h (6-8 pm), à l’École Française d’Extrême-Orient, 22 avenue du Président Wilson, 75116, Paris. Grand Salon (1er étage). Métros : Trocadéro ou Iéna.

Séminaire Jeunes Chercheurs AJEI

La 8ème édition du séminaire Jeunes Chercheurs de l’Association Jeunes Etudes Indiennes se tiendra le 19 novembre 2008. Il aura pour thème « les mondes urbains en Asie du Sud ».

Deux interventions intéressent plus particulièrement le séminaire MIDAS.

Plus d’informations ici.

Jonathan Demenge, mai 2009

LE MONDE DES TRAVAILLEURS DE LA ROUTE AU LADAKH

Son travail porte sur la construction d’une route débutée il y a plus de 30 ans et visant à relier directement le Ladakh au versant Sud de l’Himalaya et au reste de l’Inde. Au delà des considérations géopolitiques liées à la proximité de la Chine et du Pakistan et des enjeux de désenclavement de villages isolés, la construction de cette route constitue un formidable défi humain. Lentement et au gré des saisons, la route taille son chemin à travers un paysage de vallées et de cols dépassant les 5000 mètres d’altitude, alternant entre parois verticales et pentes instables, et le long des gorges de la rivière Zanskar. Comme le rappelle la compagnie supervisant la construction « les routes dans ce terrain difficile ne sont pas faites uniquement de ciment et de béton, mais du sang des hommes de la Border Roads Organisation ». Ce défi constitue le quotidien de près de 2000 travailleurs et de leurs familles originaires du Népal, des plaines de l’Inde et en grande partie du district de Dumka au Jharkhand.

Pour certains de ces travailleurs aux fortunes et aux parcours fort divers, travailler sur les routes du Ladakh constitue une migration  saisonnière, pour d’autre une stratégie à plus long terme, ou encore une étape au cours d’un long voyage. Si beaucoup d’entre eux aspirent par la migration à une vie meilleure, peu y parviennent réellement. Ceci apparaît comme un paradoxe, étant donné les buts redistributifs affichés de la construction de la route. Basée sur un travail ethnographique effectué dans la région de Chilling entre 2006 et 2008, son étude constitue un examen des parcours de vie, du travail et de la relation à l’environnement au rythme des saisons, du quotidien et des stratégies de différents groupes de migrants. A travers une approche centrée sur l’étude des moyens d’existence (livelihoods approach), il tentera d’identifier, au lieux de destination et d’origine, les obstacles à l’amélioration des conditions d’existence des travailleurs migrants.

J. Demenge, 2009 (July), In the shadow of Zanskar: The Life of a Nepali Migrant, Ladakh Studies

Ecouter la communication

MIDAS, la présentation

Mobilités, Migrations et Diasporas d’Asie du Sud,
La construction de nouveaux mondes.

Organisation

Tristan Bruslé, « Milieux, Sociétés et Cultures en Himalaya » (CNRS)
Aurélie Varrel, Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS – EHESS)

Objectifs

Le but de ce séminaire est de réunir des chercheurs français travaillant sur le thème de la mobilité des hommes et des femmes d’Asie du sud dans et hors de leur région d’origine et d’en analyser les enjeux socio-spatiaux. Le terme de mobilité, tel que nous l’entendons, recouvre un ensemble de mouvements de population, qu’ils soient individuels ou collectifs, temporaires ou permanents, quotidiens, banals ou exceptionnels, à l’intérieur des frontières nationales ou hors de celles-ci. Ces mouvements peuvent être de différentes natures (agriculture, élevage, travail, réfugiés) et s’effectuer entre un lieu de départ (souvent un village) et un lieu d’arrivée (souvent une ville), voire entre davantage de lieux. Continuer la lecture de MIDAS, la présentation