Anne-Sophie Bentz, le 7 février 2011, 13h30

La diaspora tibétaine en Inde.

Volontés d’exclusion et besoins d’intégration

Anne-Sophie Bentz

Cette communication porte sur les réfugiés tibétains qui se sont installés en Inde à la suite de l’exil du Dalaï-Lama en avril 1959 et qui en sont venus à constituer la plus importante communauté tibétaine en dehors du Tibet – 94 203 sur 127 935 réfugiés tibétains de par le monde, si l’on s’en tient aux résultats de l’enquête démographique menée par le gouvernement tibétain en exil en 2009. J’envisage la diaspora tibétaine en Inde dans une perspective historique, en remontant à l’installation des premiers réfugiés tibétains en Inde, mais je m intéresse aussi, et surtout, aux questions que se posent aujourd’hui les réfugiés tibétains et qui ont trait aux perspectives d’avenir de la communauté tibétaine en Inde.

Je pars de l’hypothèse, défendue par le gouvernement tibétain en exil, selon laquelle la structure particulière des camps de réfugiés tibétains en Inde, mais aussi au Népal, aurait permis aux réfugiés, qui se sont ainsi retrouvés non seulement réunis entre eux, mais encore relativement séparés de la société d’accueil, de recréer un sentiment d’appartenance proprement tibétain qu’ils avaient pu momentanément oublier dans la solitude de l’exil et qu’ils auraient pu perdre pour de bon s’ils avaient été éparpillés dans la société d’accueil. Les camps de réfugiés tibétains sont assimilés à des microcosmes du Tibet. Cette hypothèse, pour contestable qu’elle soit, a été reprise et validée par les réfugiés tibétains eux-mêmes, dont beaucoup estiment encore aujourd’hui que le système particulier de camps de réfugiés mis en place en Inde est indispensable à la survie de la communauté tibétaine. Ce qui ne les empêche pas d’avoir une attitude pour le moins paradoxale : la défense théorique des camps de réfugiés va en effet de pair avec des interactions à la fois nécessaires et voulues avec la société indienne, qui se traduisent parfois par une sortie, temporaire ou définitive, des camps de réfugiés. Je retiendrai ici deux exemples d’intégration, l’armée et le commerce – le « sweater business ». J’analyserai également les réponses apportées par les réfugiés tibétains aux problèmes d’emploi et d’éducation, réponses que j’opposerai à l’idéal des camps de réfugiés tibétains en Inde prôné par le gouvernement tibétain en exil.

Ecouter la présentation

Lieu : EHESS, 190 avenue de France, Paris 13ème (Métro Quai de la Gare ou Bibliothèque). 6ème étage, salle 662 (prendre l’ascenseur B).

Bibliographie indicative

ANAND, Dibyesh, « (Re)imagining Nationalism : Identity and Representation in the Tibetan Diaspora of South Asia », Contemporary South Asia (Abingdon, Oxfordshire), 9, n° 3 (November 2000), pp. 271-287.

ANAND, Dibyesh, « A Contemporary Story of “Diaspora” : The Tibetan Version », Diaspora, 12, n° 2 (Summer 2003), pp. 211-229.

BENTZ, Anne-Sophie, « Reinterpreting the Past or Asserting the Future ? National History and Nations in Peril – The Case of the Tibetan Nation », Studies in Ethnicity and Nationalism, 6, n° 2 (2006), pp. 56-70.

BENTZ, Anne-Sophie, « La diaspora tibétaine en Inde », Relations internationales, numéro sur les diasporas coordonné par Mohammad-Reza Djalili et Andre Liebich, n° 141 (hiver 2010), pp. 111-131.

BERNSTORFF, Dagmar, et von WELCK, Hubertus (éd.), Exile as Challenge : The Tibetan Diaspora, Hyderabad, Orient Longman, 2004 [2002].

KLIEGER, Christiaan P., Tibetan Nationalism, The Role of Patronage in the Accomplishment of a National Identity, Meerut, India, Aranacha Publications, 1991.

KLIEGER, Christiaan P. (éd.), Tibet, Self, and the Tibetan Diaspora : Voices of Difference, Proceedings of the Ninth Seminar of the International Association for Tibetan Studies, Leiden 2000, Leiden, Brill, 2002.

KOROM, Frank J. (éd.), Tibetan Culture in the Diaspora, Proceedings of the Seventh Seminar of the International Association for Tibetan Studies, Graz 1995, Vienne, Verlag der Oesterreichischen Akademie der Wissenschaften, 1997.

MACPHERSON, Seonaigh, BENTZ Anne-Sophie, et BHUTI, Dawa, « Global Nomads : The Emergence of the Tibetan Diaspora (Part I) », Migration Information Source (September 2008), disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.migrationinformation.org/Feature/display.cfm?ID=693.

MACPHERSON, Seonaigh, BENTZ Anne-Sophie, et BHUTI, Dawa, « The Tibetan Diaspora : Adapting to Life outside Tibet (Part II) », Migration Information Source (October 2008), disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.migrationinformation.org/Feature/display.cfm?ID=696.

NOWAK, Margaret, Tibetan Refugees : Youth and the Generation of Meaning, New Brunswick, N. J., Rutgers University Press, 1984

POWELL, Andrew, Heirs to Tibet : Travels Among the Exiles in India, New Delhi, Bluejay Books, 1992

SAKLANI, Girija, The Uprooted Tibetans in India : A Sociological Study of Continuit and Change, New Delhi, Cosmo, 1984.

SHAKABPA, Tsepon, Tibet : A Political History, New Haven, London, Yale University Press, 1967.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Véronique Bouillier, le 20 Janvier 2011, 10 h

Procédures judiciaires francaises et populations originaires d’Asie du Sud : exemples du tribunal de Bobigny

Véronique Bouillier (Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, EHESS, Paris)

La communication de Véronique Bouillier portera sur les problèmes qui peuvent se poser au cours des interactions entre les personnes originaires d’Asie du Sud et les différentes instances judiciaires. Il ne s’agira pas ici de questions liées aux demandes d’asile mais de situations de justice « ordinaire » dans lesquelles peuvent naîtres des malentendus liés aux différences de perception culturelle et à l’absence de médiateurs institutionnels. A partir de récits d’avocats, de mentions sur les sites internet juridiques et d’observations faites auprès de différents tribunaux (Paris, Pontoise et surtout Bobigny, au niveau des affaires familiales comme des Assises), je présenterai différents cas qui s’articuleront autour de problématiques liées aux dénominations, aux situations familiales (autorité parentale, procédures de mariage et de divorce, partage des biens) et à la violence intra-communautaire (allant jusqu’au meurtre).

Ecouter la présentation

Lieu : Laboratoire Himalaya, Villejuif.

Bibliographie :

Dundes Renteln, Alison, 2005, « The Use and Abuse of the Cultural Defense », Canadian Journal of Law and Society, 20.1, pp. 47-67.

Fortier, Vincente, 2000, Justice, religions et croyances, Paris, CNRS Editions (CNRS Droit).

Garapon, Antoine, 2001, Bien Juger. Essai sur le ritual judiciaire, Paris, Odile Jacob

Garcia, Richard, 1993. « L’Etat Civil à point nommé », Accueillir n° 191, pp. 28-29

Kahn, Philippe, ed., 2001, L’Etranger et le droit de la famille, pluralité ethnique, pluralisme juridique, Paris, La Documentation française [Mission « Droit et Justice »]

Messner Francis et all., 2009, Les populations originaires de Turquie : la religion et le droit de la famille : approche socio-juridique [Rapport] , Paris, CNRS et GIP Droit et Justice (« L’étranger en France face et au regard du droit »).

Moliner, Christine, 2009, Invisible et modèle ? Première approche de l’immigrations sud-asiatique en France, Rapport d’étude pour la Direction de l’Accueil, de l’Intégration et de la Citoyenneté.

Moneger, Françoise, 2001, « L’Applicabilité du droit international privé de la famille », in P. Kahn ed., pp. 11-31.

Rude-Antoine, Edwige, 2001, « La coexistence des systèmes juridiques différents en France : l’exemple du droit familial », in P. Kahn ed., pp. 147-170.

Servan-Schreiber, Catherine, et Vuddamalay, Vasoodeven, « Diasporas indiennes dans la ville », Hommes et Migrations, n°1268-1269, 2007.