Delon Madavan, Mardi 15 mars 2011, EHESS, 10h

L’intégration socio spatiale des Tamouls dans la société « multiraciale » singapourienne

Delon Madavan (UMR ENEC 8185, Université Paris-Sorbonne)

Le peuplement de Singapour est lié à l’afflux d’immigrants chinois, malais et indiens. Durant la période coloniale, le pays a été marqué par la ségrégation ethnique et des émeutes intercommunautaires. A l’indépendance, en 1965, les dirigeants du nouvel Etat sont amenés à créer une identité qui rassemble l’ensemble des ethnies du pays. Le People’s Action Party, au pouvoir, décide de développer une politique « multiraciale » en reconnaissant officiellement quatre « races » séparées mais d’égale importance : les Chinois, les Malais, les Indiens et les autres. Chaque citoyen doit, dès lors, se reconnaître et se définir comme appartenant à l’une d’entre elles. Ce système « multiracial » CMIO (Chinese, Malay, Indian and Others) a permis aux citoyens de développer une double identité. Une première communautaire qui doit favoriser la préservation des différences culturelles des populations de la cité du Lion et une seconde nationale qui doit sceller l’unité de tous les citoyens autour de l’Etat.

En même temps, l’Etat singapourien rasa les anciens quartiers ethniques insalubres de l’époque coloniale et relogea les populations expropriées dans des immeubles sociaux (HDB) en périphérie de l’ancien centre ou dans des villes nouvelles. Cette révolution du territoire a également été l’occasion de créer une mixité « raciale » pour consolider l’harmonie intercommunautaire. En effet, l’Etat impose un quota « racial » par immeuble et par quartier qui correspond à la part de chaque catégorie CMIO dans la population du pays.
Parmi les différentes communautés du pays, les Tamouls, bien qu’ils ne représentent à peine que 4% de la population nationale, jouissent traditionnellement d’une place privilégiée dans la société « multiraciale » singapourienne. Leur supériorité démographique sur les autres groupes linguistiques sud-asiatiques a favorisé le choix de leur langue pour représenter la « race » indienne à Singapour. Ainsi, le tamoul est l’une des quatre langues officielles du pays au côté du mandarin, du malais et de l’anglais. L’élite de cette communauté a, par ailleurs, activement participé à la construction de cette société multiculturelle, plusieurs Tamouls ayant occupés la fonction honorifique de Président de la république de Singapour.

Cette communication aura pour objet d’analyser la place des Tamouls dans la société « multiraciale » singapourienne et leur perception du système CMIO. On s’interrogera également les conséquences  de l’arrivée massive d’une main d’œuvre étrangère sud-asiatique, qualifiée ou non, sur le modèle de société CMIO défendu par les dirigeants de la Cité Etat. Nous verrons également quelles sont les relations entre les citoyens indo-singapouriens et les populations de travailleurs venues d’Asie du Sud. On analysera notamment pour cela l’intégration socio spatiale des Tamouls dans trois espaces symboliques : le quartier de Little India, le quartier de logements sociaux d’Yshun et le quartier résidentiel principalement pavillonnaire d’Adam Road-Coronation Plaza à Bukit Timah.

Ecouter la présentation

Regarder la présentation

Lieu : EHESS, 190 avenue de France, Paris 13ème (Métro Quai de la Gare ou Bibliothèque). 6ème étage, salle 662 (prendre l’ascenseur B).

Bibliographie indicative :

De Koninck R., (2006), Singapour : La cité-Etat ambitieuse, Paris, Editions Belin, p.176

De Koninck R., (1992), Singapour :un atlas de la révolution du territoire, Montpellier, Gip Reclus, p.128Goldblum C., (1986), Singapour : une Cité-Etat moderne à l’épreuve de la fondation urbaine, Université Paris VIII, p. 996 (Thèse Doctorale d’Etat)

Madavan D., (2007), Le multiculturalisme à Singapour : Les populations de l’île et le système CMIO, Université Paris-Sorbonne, p.163 (mémoire de Master)

Margolin J. L., (1988), Singapour 1959-1987 :genèse d’un nouveau pays industriel, Paris, L’Harmattan, p.315

Ong Jin Hui et al. (sous dir.), (2000), Understanding Singapore Society, Singapore,Times Academics Press, p.608

Puru Shotam Nirmala., (2000), Negotiating Multiculturalism : Discipline Difference in Singapore, Berlin & New York, Mouton de Gruyter, p.294

Rai R., (2006), Singapore, dans Brij V. L. et al (sous dir.), Encyclopedia of the Indian Diaspora, Singapore, Editions Didier Millet, p. 176-188.

Sandhu K.S. et A. Mani (sous dir.), (1993), Indian Communities in Southeast Asia, Singapore, Times Academic Press, p. 983

Saw S.-H., (1999), The Population of Singapore, Singapore, ISEAS, p.255

Siddique S. et N. Puru Shotam, (1990), Singapore’s Little India :Past, Present and Future, Singapore, ISEAS, p. 184

Walker A. R., (1994), New Place, Old Ways : Essays on Indian Society and Culture in Modern Singapore, Delhi, Hindustan Publishing Corporation, p.298

Contact :

Madavan Delon, Doctorant, ATER en géographie, UFR de Géographie et d’Aménagement, Université Paris-Sorbonne, UMR ENEC 8185 (CNRS/Université Paris-Sorbonne/Université Paris VIII)

delonmadavan@gmail.com

Ingrid Therwath, 22 novembre, 10h (EHESS, 54 Bd Raspail, salle 241)

Les Telanganais de l’extérieur et le régionalisme à distance

Ingrid Therwath
(Centre des Sciences Humaines, New Delhi)

A l’automne 2009, la presse nationale indienne et les médias internationaux se sont émus des troubles sessionistes qui agitaient l’Etat méridional d’Andhra Pradesh et avaient conduit à des violences à Hyderabad, la capitale et un grand centre économique. Depuis une dizaine d’années, ce mouvement, qui date en réalité des années 1950 et réclame l’autonomie du Telangana au sein de la fédération indienne, connait un nouveau souffle et s’appuie en grande partie sur les expatriés originaire de la région. Ces derniers, à travers de très actives organisations aux Etats-Unis, en Angleterre et dans le Golfe, financent les activistes en Inde, fournissent du matériel électoral, se déplacent pour faire campagne et dans certains cas, se présentent même en personne à la mandature. Cette présentation se penchera donc sur les différentes logiques de cet engagement politique transnational en explorant la différence entre le régionalisme à distance et le « nationalisme à distance » et le rapport à l’Etat.

Pour écouter la présentation :

Visualiser la présentation

Bibliographie indicative

Christophe Jaffrelot, Ingrid Therwath, “The Sangh Parivar and the Hindu Diaspora in the West. What kind of « Long-Distance Nationalism »?”, International Political Sociology, n°3, September 2007.

Rajat Ganguly, Ian Macduff (dir.), Ethnic Conflict and secessionism in South and Southeast Asia, causes, dynamics, solutions, New Delhi: Sage Publications, 2003.

Subrata K. Mitra and V.B. Singh, When Rebels become Stakeholders: Democracy, Agency and Social Change in India, 2009, New Delhi: Sage Publications, 2003.

Duncan B. Forester, « Subregionalism in India, the Case of Telangana », Pacific Affairs,  43-1, 1970, pp. 5-21.

Ingrid Therwath, « The Indian State and the Diaspora: Towards a NewPolitical Model ». in Eric Leclerc (ed.), Political Models and Actors of the Indian Diaspora, Manohar, New Delhi. Forthcoming.

Ingrid Therwath, « La diaspora indienne comme acteur international », , in Jaffrelot, Christophe (dir.), New Delhi et le monde. Une puissance émergente entre realpolitik et soft power, Paris, Autrement, pp.110-124, 2008.

Contact

Ingrid Therwath
Centre des Sciences Humaines, 2 Aurangzeb Road, New Delhi
ingrid.therwath[at]csh-delhi.com

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

MIDAS, Saison 3, 2010-2011

Calendrier des séances

22 novembre (EHESS, salle 241, 10h)

Les Telanganais de l’extérieur et le régionalisme à distance
Ingrid Therwath (Centre des Sciences Humaines, Delhi)

Présentation de la séance.

Jeudi 20 Janvier 2011 (10 h, Villejuif, Salle de conférences)

Procédures judiciaires francaises et populations originaires d’Asie du Sud : exemples du tribunal de Bobigny
Véronique Bouillier (Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, EHESS, Paris)

Présentation de la séance

Lundi 7 Février 2011 (EHESS, 13 h 30)

Les réfugiés tibétains en Inde. Nationalisme et exil.
Anne-Sophie Bentz (ATER  à l’Université Toulouse 1 Capitole)

Présentation de la séance

Mardi 15 Mars 2011, EHESS, 10h

L’inscription socio-spatiale des Tamouls dans la société « multiraciale » singapourienne
Delon Madavan (Laboratoire Espaces Nature et Culture, Paris 4)

Présentation de la séance.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts