Eric Leclerc, 20 mai 2010

Visualiser la diaspora indienne.
Apports de la représentation des réseaux à la cartographie des diasporas.

ERIC LECLERC (AILLEURS EA 2534, ROUEN)

Objet d’étude pluri-disciplinaire, la diaspora indienne n’a pas donné lieu a un très grand nombre de représentations graphiques, qu’il s’agisse de carte ou de graphe. A titre d’exemple, sur les 416 pages de l’Encyclopédie de la diaspora indienne publiée par Brij V. Lal, une seule est consacrée à la cartographie de la diaspora. Comme le déplorait déjà Françoise Vergneault-Belmont à propos de son expérience au sein de l’EHESS, la visualisation de l’objet d’étude est le plus souvent reléguée à « l’extrême aval de la démarche du chercheur ». Depuis la parution du rapport Singvhi en 2001 et le dénombrement de la diaspora indienne effectué alors, le nombre des représentations a augmenté. Cependant il s’agit toujours de cartes de stock (en nombre de migrants par pays) qui reflètent très mal la dynamique du phénomène et oblitèrent totalement les réseaux de la diaspora.

Cette intervention proposera dans un premier temps une analyse des productions cartographiques relatives à la diaspora indienne. L’objectif étant d’analyser les apports heuristiques de ces représentations ainsi que leurs limites. En effet, la cartographie des diasporas soulève de redoutables problèmes. Leur fonctionnement réticulaire ne se prête pas à la métrique topographique des États et l’absence de contiguïté de leurs implantations, leur dispersion même, rend difficile le choix des échelles pour les représenter. Dans un second temps, à partir de l’analyse des trajectoires d’informaticiens indiens vers la Malaisie, nous proposerons une comparaison de différentes méthodes de représentation relevant de la cartographie et des graphes de réseaux afin de pourvoir intégrer la dimension heuristique en amont de la recherche.

Ecouter la présentation

Bibliographie indicative :

DIMINESCU, D. Le migrant connecté – Pour un manifeste épistémologique. Migrations/Société [Type of Work]. 2007, vol. 17, no. 102 [cited x w0180], pp. 275-292. Disponible en ligne:http://www.ticm.msh-paris.fr/spip.php?article32.

LECLERC, E. Mapping the Diaspora. In B.V. LAL. The encyclopedia of Indian diaspora. Singapore: Ed. Didier Millet, National University of Singapore, 2006, p. 142-143.

LECLERC Eric. La Malaisie, une première étape dans la circulation planétaire des informaticiens indiens. In C. AUDEBERT, E. MA MUNG. Les nouveaux territoires migratoires : entre logiques globales et dynamiques locales. Bilbao: HumanitarianNet, Université de Bilbao, 2007, p. 217-230.

LECLERC Eric. Cartographier la diaspora indienne. L’information géographique,  2008, vol. 72, no. 1, p. 84-87.

VERGNAULT-BELMONT, F. L’œil qui pense : méthodes graphiques pour la recherche en sciences de l’homme. Edtion ed. Paris: L’Harmattan, 1988. 348 p. ISBN 2-7384-6776-8.

Contact :

Leclerc Eric, MCF, Département de géographie

UFR des Lettres et des Sciences Humaines, Université de Rouen

E.A. Ailleurs 2534

http://www.georouen.org/spip.php?article428

eric.leclerc /at/ univ-rouen.fr

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Pierre Yves Trouillet, 20 mai 2010

Recréer le sacré hindou hors de l’Inde.
La territorialité religieuse des Tamouls de Maurice.

Pierre-Yves Trouillet
(ADES UMR 5184 CNRS- Université de Bordeaux)

Cette intervention porte sur les modalités, les formes et les enjeux de la construction des temples tamouls à Maurice.
L’immigration massive de populations d’origine indienne à Maurice a débuté au XIXe siècle pour répondre au besoin de main-d’œuvre agricole suite à l’abolition de l’esclavage. Les descendants de ces migrants indiens constituent aujourd’hui le groupe majoritaire de la République de Maurice.
La dé-territorialisation et la re-territorialisation de ces populations soulèvent de nombreuses questions, dont celle de la reproduction du sacré hindou hors de sa traditionnelle terre sainte qu’est l’Inde. Cette question implique deux principaux champs problématiques et interactifs : le champ religieux, et le champ des enjeux sociaux et identitaires.
Le cas des Tamouls de Maurice est intéressant à plusieurs titres. Premièrement parce qu’ils sont parvenus à recréer leurs temples et leurs rituels dans l’espace public mauricien d’une façon remarquable, mais aussi parce que le statut de leur communauté se situe à la jonction entre celui de groupe majoritaire (hindou) et celui de groupe minoritaire (tamoul). Or, sur un fond d’ethnicité dravidienne importée d’Inde, des enjeux de pouvoir opposent depuis plusieurs décennies les Tamouls aux « Hindous » (majorité hindouiste bhojpuriphone et hindiphone) de Maurice, si bien que les Tamouls hindouistes de Maurice ne  se considèrent plus aujourd’hui comme appartenant à la religion « hindoue » mais à une religion distinctement « tamoule ». Cette distanciation ethno-religieuse se retrouve à la fois dans les catégories du recensement national depuis 1983, et dans le paysage et les pratiques rituelles contemporaines.
Dans ce contexte, en tant que (haut) lieu social et rituel des populations hindouistes, le temple constitue un précieux indicateur des modalités de la reterritorialisation du sacré hindou hors de l’Inde, ainsi que des différents enjeux et luttes qui ont lieu dans le champ socio-symbolique de la scène publique mauricienne.

Le diaporama de la présentation

A écouter : Partie 1 ; Partie 2

Bibliographie indicative :

BENOIST, Jean (1998) Hindouismes créoles (Mascareignes, Antilles). Editions du CTHS, Paris.
SOORIAMOORTHY, Ramoo (1989) “Temples over the years”, in Rajaram et al. Proceedings of the 7th International Conference-Seminar of Tamil Studies, Government Central Press, Madras.
TIROUMALECHETTY, P. (1984) “Tamil Temples on the Estates – Early Days”; in Bissoondoyal U. (ed.) Indians Overseas. The Mauritian Experience, Mahatma Gandhi Institute, Moka.
TROUILLET, Pierre-Yves (2009) « Les temples hindous dans la mondialisation, ou la réinvention diasporique d’une géographie religieuse ». in Rigal-Cellar Bernadette (dir.) Religions et mondialisation: Exils, expansions, résistances. Presses universitaires de Bordeaux, pp. 309-324.
TROUILLET, Pierre-Yves. (2006) « Mondialisation et territoires religieux dans les espaces tropicaux : Effets et enjeux de la  mondialisation sur la géographie mondiale de l’hindouisme et le nationalisme hindou ». Cahiers d’Outre-mer, « Mondialisation de l’économie et géographie des espaces tropicaux », n°236, Oct-Déc., Presses universitaires de Bordeaux, pp. 481-498.

Contact :
Trouillet Pierre-Yves, Doctorant, ATER en géographie
UFR de Géographie et d’Aménagement, Université Bordeaux 3
UMR ADES 5185 (CNRS/Université de Bordeaux)
http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article502
pytrouillet[at]hotmail.com ou pytrouillet[at]u-bordeaux3.fr

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Séminaire international : Les migrations internationales sud-asiatiques, 27-28 avril 2010

organisé par le laboratoire MIGRINTER – Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (99 avenue du recteur Pineau, Poitiers) les 27 et 28 avril 2010.

PROGRAMME

Tuesday, April 27th

10.00 – 10.15 : Opening session

10.15 – 12.30 : Session 1 : Identity, settlement and transnational strategies

10.15 – 11.00 : Philippe Venier (MIGRINTER, Poitiers)

Indians in the UAE and Kuwait: the construction of a sense of belonging?

11.00 – 11.45 : Radhika Kanchana (Institut d’Etudes Politiques, Paris)

Indian expatriates in Qatar and UAE: Comparative profile of the Keralite and Andhrite communities especially in entrepreneurial and white collar occupations.

11.45 – 12.30 : Ginu Oommen (FMSH-MIGRINTER, Poitiers)

The Evangelical Revivalism among the Syrian Christians of Kerala in Kuwait.

12.30 – 13.45 : Lunch

13.45 – 16.00 : Session 2 : Gender perspectives on South Asian migration

13.45 – 14.30 : Bindhulakshmi P. (TISS, Mumbai)

Women, illegality and Mobility: Indian women domestic workers in the labour market of UAE.

14.30 – 15.15 : Marie Percot (LAU/IIAC, Paris)

Masculinity in transnational migration: Malayali nurses’ husbands in Ireland.

15.15 – 16.00 : Souleye Hassane (MIGRINTER, Poitiers)

Shaadi.com: Matrimonial strategies, immigration and the new technologies.

16.00 – 16.30 : Tea/coffee break

16.30 – 18.00 : Session 3 : Tamils in France

16.30 – 17.15 : Anthony Goreau-Ponceaud (ADES, Bordeaux)

Sri Lankan Tamils in France: a recent visibility in the public space.

17.15 – 18.00 : Sreeleikha Nair (CWDS, New Delhi)

The Nation on the Move: A Narrative of Migrant Tamil Women’s Lives in Paris.

20.00 : Dinner

Wednesday 28th

09.00 – 10.30 : Session 4 : Old and new routes

09.00 – 09.45 : Eric Leclerc (AILLEURS, Rouen)

Brickfields (Kuala Lumpur): a old hub for the new transnational strategies of Indian IT engineers.

09.45 – 10.30 : Julie Baujard (IRSEA, Marseille)

Afghan refugees in Delhi: When religion determines the scale of the migration.

10.30 – 11.00 : Tea/coffee break

11.00 – 11.45 : Tristan Bruslé (HIMALAYA, Villejuif)

Nepalese workers in Qatar.

11.45 – 12.30 : Mary E. Breeding (Georgetown University, Washington D.C.) (to be confirmed)

Migrant Labor and Regional Policy Initiatives: Recruitment Agencies as Information Brokers.

13.45 – 15.15 : Session 5 : Socio-cultural implications of the international migration

13.45 – 14.30 : Manja Bomhoff (University of Leiden)

A long term cultural perspective on mobility: older persons in Thiruvananthapuram, Kerala.

14.30 – 15.15 : Ester Gallo (Centre for South Asian Studies, Edinburgh University)

Migration and Privilege in Kerala. Elites Discourses on International Mobility.

15.15 – 16.15 : Concluding session

This event is organized with the support of MIGRINTER (UMR 6588, CNRS – University of Poitiers), the University of Poitiers, and the Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (Paris).

For any query contact the organizors: Aurélie Varrel aurelie.v@gmail.com ; Philippe Venier (+33) 05 49 45 46 84

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts