RAGHURAM, SAHOO, MAHARAJ, SANGHA (2008). Tracing an Indian diaspora, Delhi, Sage

RAGHURAM Parvati, SAHOO Ajaya, MAHARAJ Brij, SANGHA Dave (2008). Tracing an Indian diaspora. Contexts, memories, representations, Delhi, Sage, 467 p.

Cet ouvrage est collectif à double titre : il constitue un recueil de pas moins de 21 (!) contributions et a été dirigé par 4 chercheurs répartis sur 4 continents. Le projet initial visait à marquer les dix ans du Centre for Study of the Indian Diaspora de l’Université de Hyderabad, la publication devant coïncider avec l’édition des Pravasi Bharatyia Divas [événement annuel célébrant la diaspora, organisé depuis 2003 par l’Etat indien] à Hyderabad (janvier 2006).

Les contributions n’excèdent jamais 25 pages, réparties en quatre parties équilibrées :

  • Les 2 premières parties assez classiques portent sur différents groupes dans la diaspora indienne étudiés généralement à l’échelle d’un État-nation d’installation.
    • la diaspora issue de l’engagisme (indentured diaspora) : Asie du Sud-est, Fidji, Caraïbes, Malaisie
    • la « nouvelle diaspora », un regard contemporain sur la diaspora indienne en Grande-Bretagne, aux USA, ainsi qu’un chapitre sur la Nouvelle-Zélande
  • La troisième partie est consacrée aux processus de construction identitaire en diaspora : deux chapitres portent sur les identités religieuses (musulmanes en l’occurrence) ; deux sur la relation aux pays et espaces d’origine ou de départ potentiels ; enfin on relève un article présentant une recherche d’inspiration intersectionnaliste sur l’homosexualité masculine menée dans la diaspora sud-asiatique aux États-Unis.
  • La quatrième partie questionne les représentations en diaspora à travers le prisme des cultural studies, principalement basées sur des œuvres littéraires et cinématographiques.

L’introduction générale, après être rapidement revenue sur les notions de diaspora, de diaspora indienne et sur la genèse de l’ouvrage, souligne quelques thèmes transversaux à plusieurs contributions (notamment les identités minorisées, le patriarcat en diaspora, le souvenir et la mémoire). De manière originale elle soulève pour finir un certain nombre de points non abordés dans l’ouvrage, ouvrant des champs de questionnement et de débat souvent novateurs. Contrairement à l’usage pour ce type d’ouvrages, elle ne présente que très brièvement les différentes contributions, ce qui est fait plus longuement dans les introductions des quatre parties, chacune étant rédigée par un des quatre auteurs. Ces introductions sont résolument ancrées dans l’actualité des sciences sociales anglo-saxonnes et d’une lecture stimulante.

Quant au contenu de l’ensemble, l’introduction admet d’emblée les limites mais aussi l’intérêt de ce type de publications : « [This volume] is thus an assemblage, not a narrative. This volume [attemps to] unsettle diaspora by loosely juxtaposing a set of chapters that provide complementary, sometimes competing perspectives, on diasporic locations, identifications and representations. » (Raghuram & Sahoo, p.1).

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Le calendrier des séances de MIDAS 2008-2009

Présentation du séminaire.

Intervenants confirmés. Les dates et les lieux seront précisés au fur et à mesure.

Vendredi 21 Novembre 2008, 10 h, Université Paris X, Bât. A Salle 310 (s’y rendre)

Tristan Bruslé (CNRS) et Aurélie Varrel (U. de Poitiers – CNRS) Introduction au séminaire / La mobilité en Asie du Sud.

Ecouter la séance, lire le texte et regarder le diaporama.

Mardi 16 Décembre 2008, 14 h, Laboratoire Himalaya, Salle 511 (s’y rendre)

Sandrine Prévot (EHESS) La vie quotidienne dans un campement de pasteurs nomades du Rajasthan

Lire le résumer, écouter l’intervention de Sandrine Prévot et voir le diaporama.

Mardi 13 Janvier 2009, 10 h, Université Paris X, Bâtiment A  Salle 310 (s’y rendre)

Pierre Lachaier (EFEO) Les Khojas duodécimains gujaratiphones, la Jamate de La Courneuve et le réseau khoja mondial
Lire l’intervention et regarder la présentation de Pierre Lachaier

Jeudi 12 Février 2009, 10 h, Laboratoire Himalaya, Salle de conférences, Rez-de-chaussée (s’y rendre)

Aminah Mohammad-Arif (CNRS-CEIAS) Jackson Heights ou Jai Kishan Heights ? Entre visibilité et intégration, les Sud-Asiatiques à New York

Lire le résumé et écouter l’intervention

Jeudi 26 Mars 2009, 10 h 30, Université Paris X, Salle A 310

Christine Moliner (EHESS) Invisible et modèle ? Premiers résultats d’une étude en cours sur l’immigration sud-asiatique en France

Lire le résumé et écouter l’intervention

Mardi 28 Avril 2009,10 h, Laboratoire Himalaya, Salle de conférences, Rez-de-chaussée (s’y rendre)

Marie Percot (CNRS) Genre et migration : La migration des infirmières kéralaises ou quand les femmes partent en premier

Lire le résumé et écouter l’intervention

Mercredi 13 Mai 2009, 10 h, Laboratoire Himalaya, Salle de conférences, Rez-de-chaussée (s’y rendre)

Matinée « Travailleurs migrants en Inde »

Jonathan Demenge (IDS, Brighton) Le monde des travailleurs de la route au Ladakh
Lire le résumé et écouter l’intervention

Jeudi 4 Juin 2009, 9 h 30,Laboratoire Himalaya, Salle de conférences, Rez-de-chaussée (s’y rendre)

Matinée « Migrants et réfugiés dans la ville »

Julie Baujard (Université de Provence-IRSEA) Delhi, un « espace de dispersion » pour les réfugiés
Lire le résumé et écouter l’intervention

Barbara Tadié (EHESS) Migration, urbanisation, société civile : stratégies associatives dans la ville de Pokhara, Népal
Lire le résumé et écouter l’intervention

Julie Baujard, 4 juin 2009

Delhi : à la fois zone de convergence et « espace de dispersion » pour les réfugiés

Dans ma thèse, intitulée « Identité ‘réfugié’, identité transversale. Les réfugiés à Delhi au sein des dynamiques institutionnelles, communautaires et associatives », j’ai pris pour objet les réfugiés de Delhi, provenant principalement du Tibet, d’Afghanistan et de Birmanie, ainsi que d’Iran et de quelques pays d’Afrique dans une moindre mesure. La problématique de cette recherche fut d’interroger la catégorie « réfugié » en tant que telle et son impact dans le processus de construction identitaire dans le cas particulier de Delhi et en amont des catégories vernaculaires.

Partant de l’idée que la construction identitaire se réalise dans le rapport à l’autre, j’ai analysé les interactions sociales et culturelles des réfugiés au sein de la société d’accueil. Placés au cœur d’un système composé d’une grande variété d’acteurs que j’ai qualifié de « système-réfugié », les réfugiés entrent dans un processus de construction sociale accéléré par l’acquisition de ce nouveau statut ou sa revendication, et plus dépendante que toute autre d’un grand nombre de « partenaires ».

Le tout premier d’entre eux est la ville où convergent les réfugiés, la métropole tentaculaire de Delhi, impressionnant carrefour cosmopolite qui contraste avec le milieu d’origine de la plupart, même si certains sont d’origine urbaine. La ville constitue une zone de convergence : un carrefour réunissant différentes populations, des institutions qui les prennent en charge, des ONG, associations et activistes qui les défendent. Mais également, Delhi est comprise comme un « espace de dispersion » pour les réfugiés, pour reprendre le concept de Michel Foucault (1969) tel que François Robinne et Mandy Sadan l’ont mobilisé (2007), dans lequel ils peuvent puiser un grand nombre de ressources (professionnelles, économiques, sociales, politiques, médiatiques). C’est ce que je propose de vous exposer dans le détail au cours de cette présentation.

Ecouter la communication :

En regardant la présentation Powerpoint

Continuer la lecture de Julie Baujard, 4 juin 2009

Marie Percot, le 28 avril 2009

Genre et migration : La migration des infirmières kéralaises ou quand les femmes partent en premier

Marie Percot (CNRS)

Il y a désormais une tradition bien établie de migration des infirmières du Kérala dans les pays du Golfe et en Occident. L’USA Nurse est même devenu un vrai stéréotype au Kérala ces dernières années. Dans cette présentation, je souhaiterais tout d’abord faire un point de comparaison entre jeunes infirmières du Kérala et leurs consœurs du nord de l’Inde et aborder les dernières évolutions de cette niche migratoire. En un second temps, je tenterais d’analyser comment les infirmières migrantes gèrent les nombreuses contradictions dans lesquelles elles se trouvent comme femmes tête de pont de la migration, devant constamment renégocier leur statut tant professionnel qu’individuel, entre rôle traditionnel et aspirations personnelles. Je conclurai sur la vision des féministes indiennes (militantes ou universitaires) face à cette migration particulière.

Ecouter la séance :

Bibliographie sommaire :

Devika J. (2006), En-Gendering Individuals: The Language of Re-forming in Early 20th Century Keralam, Orient Longman, Hyderabad, 2006.

Ehrenreich B., Hochschild A.R. (ed) (2004), Global Women. Nannies, maids, and sex workers in the new economy,  Holt Paperback, New York.

George, Sheba M. (2005) When Women Come First. Gender and Class in Transnational Migration. Berkeley, University of California Press, 259 p.

Jeffrey, Robin (1993) Politics, Women and Well-Being, How Kerala Became a Model, New Delhi, Oxford University Press (Paperback), 285 p.

Kingma, Mireille (2005) Nurses on the Move: Migration and the Global Health Care Economy, New York, Cornell University Press.

Longva, Ahn Nga (1997) Walls Built on Sand. Migration, Exclusion and Society in Kuwait. Oxford: Westview Press.

Osella C., Oselle P. (2008), « Nuancing the « Migrant Experience ». Perspectives from Kerala, South India », in Transnational South Asians. The making of a neo-diaspora, S. Koshy et R. Radhakrishnan (ed), Oxford University Press, New Delhi: 146-180.

Percot, Marie (2005) « Les infirmières indiennes émigrées dans le Golfe : de l’opportunité à la stratégie », in Revue Européenne des Migrations Internationales 21 (1) (numéro Femmes, genre, migration et mobilités, sous la dir. de Christine Catarino, Mirjina Morokvasic et Marie-Antoinette Hily) : 29-54.

Raghuram, Parvati (2004) « The Difference that Skills Make: Gender, Family Migration Strategies and Regulated Labour Market » Journal of Ethnic and Migration Studies, 30 (2): 303-21.

Rudrappa, Sharmila (2008), « Braceros and techno braceros. Guest workers in the US and the commodification of low and high wage labour », in Transnational South Asians. The making of a neo-diaspora, S. Koshy et R. Radhakrishnan (ed), Oxford University Press, New Delhi: 291-324.

Zachariah, K.C., Rajan S.I. (2004). Gulf Revisited. Working paper No. 363, Trivandrum, Centre for Development Studies.

Lieu : CNRS Villejuif, Salle de conférences, rez-de-chaussée, Bâtiment D. S’y rendre.