Christine Moliner, le 26 mars, Nanterre

Invisible et modèle ? Premiers résultats d’une étude en cours sur l’immigration sud-asiatique en France

Christine Moliner (EHESS)

Dans le champs des études migratoires en général et des études sur les diasporas sud-asiatiques en particulier, les communautés sud-asiatiques établies en France sont méconnues. Les spécificités de leur parcours migratoire sont de ce fait ignorées aussi bien du grand public que des professionnels qui cotoient les populations immigrées ou des institutions qui définissent les politiques publiques en matière d’intégration.

Une étude en cours, dont on livrera ici les premiers résultats, tente de dresser un tableau d’ensemble des populations originaires du sous-continent indien en France, puis dans un deuxième temps, s’attachera plus spécifiquement aux parcours d’intégration des Pendjabis indiens et pakistanais.

Ecouter l’intervention de Christine Moliner

Lieu : Université Paris X Nanterre, Bâtiment A, Salle 310

Bibliographie

Hommes et migrations n°1268-1269 ‘Diasporas indiennes dans la ville’

Ashok (B.), La présence des Indiens du Nord en Ile de France, thèse de géographie, Paris 7, 1997

Anthony Goreau-Ponceaud, La diaspora tamoule: trajectoires spatio-temporelles et inscriptions territoriales en Ile de France, thèse de géographie, Bordeaux, 2008

Barbara Berardi Tadié, Juin 2009

Migration, urbanisation, société civile : stratégies associatives dans la ville de Pokhara, Népal

Mon exposé s’inscrit dans le cadre d’une recherche sur les dynamiques associatives liées à l’émergence d’une agglomération urbaine dans la région occidentale du Népal : Pokhara (district de Kaski).

J’essaierai de dégager le rôle des organisations de la société civile dans ce contexte urbain de constitution récente (caractérisé par une population extrêmement hétérogène et fluctuante, une migration massive et une segmentation de l’organisation sociale traditionnelle) et les stratégies qu’elles ont développées pour faire face aux problèmes sociaux, économiques et politiques qui touchent la ville.

Pour cela, on esquissera d’abord une typologie des trajectoires migratoires observables autour de la ville. On verra ensuite que ces formes de mobilité définissent Pokhara comme une « ville-relais » : point d’arrivée, de départ, de transition. On amorcera enfin une description du réseau associatif urbain, en s’appuyant sur quelques exemples de stratégies associatives, telles qu’elles émergent dans les domaines de la pratique rituelle, de la gestion du territoire et des services sociaux.

Ces exemples permettront d’identifier certaines dynamiques d’interaction, d’organisation et réorganisation sociales en jeu dans cette « ville-relais ». Ils pourront également contribuer à montrer comment l’exode rural et la migration internationale sont en train de façonner la ville, en créant des liens multiples entre celle-ci, l’arrière-pays et l’étranger.

Ecouter l’intervention de Barbara Tadié