Aminah Mohammad Arif, le 12 février 2009, 10 h, Villejuif

Jackson Heights ou Jai Kishan Heights ? Entre visibilité et intégration, les Sud-Asiatiques à New York

Aminah Mohammad-Arif (CNRS-CEIAS)

Après une brève présentation des profils démographiques et économiques des Sud-Asiatiques à New York, j’évoquerai leur appropriation de l’espace à travers deux exemples, symptomatiques de la tension entre la volonté de visibilité, et partant de différentiation, et celle d’intégration dans le paysage local : les quartiers commerçants de Jackson Heights (Queens) et de Coney Island (Brooklyn) dont je ferai une analyse comparative, et les parades dites ethniques.

Ecouter la communication

Bibliographie sélective

Fisher (Maxine), The Indians of New York City: A Study of Immigrants from India, Delhi, Heritage, 1980.

Khandelwal (Madhulika), Becoming American, Being Indian: An Immigrant Community in New York City, New York,Cornell University Press, 2002.

Mohammad-Arif (Aminah), Salam America : l’islam indien en diaspora, Paris, CNRS Editions, 2000.

Rangaswamy (Padma), Namasté America : Indian Immigrants in an American Metropolis, Penn State Press, 2000.

Van der Veer (Peter), ed., Nation and Migration : The Politics of Space in the South Asian Diaspora, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1980.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Pierre Lachaier, le 13 janvier 2008

LES KHOJAS DUODÉCIMAINS GUJARATIPHONES
La Jamate de La Courneuve et le réseau khoja mondial.

Dans la deuxième partie du XIXe siècle, beaucoup d’Indiens émigrèrent dans les colonies des empires britannique, mais aussi français et portugais de l’Océan indien pour remplacer une main d’œuvre esclave émancipée. Alors que les premières vagues d’émigrants vinrent travailler sous contrat (indenture labour), la majorité des expatriés indépendants (free passengers) qui les suivirent en bien moindre nombre appartenaient souvent à quelques castes et communautés à vocation marchande, dont les Khojas chiites duodécimains, ou Khojas Ithna Ashery. Issus du Gujarat et de Bombay, ces Khojas s’établirent à Madagascar, où ils ne tardèrent pas à prospérer jusqu’à contrôler une bonne partie de l’économie malgache. A partir des années 1970, ils commencèrent à émigrer en France métropolitaine et y reformèrent des communautés locales (Jamates). Nous présenterons les résultats d’une enquête menée du point de vue d’une anthropologie sociale indianiste dans leur centre de La Courneuve, en banlieue parisienne nord, donnerons quelques compléments d’information sur leurs condisciples rencontrés en 2008 en Inde du nord et esquisserons la structure du réseau aujourd’hui mondialisé de toutes les jamates et institutions khojas.

Lire la communication tout en regardant la présentation visuelle.

Bibliographie

BLANCHY, Sophie : Karana et Banians, Les communautés commerçantes d’origine indienne à Madagascar, Préface Pierre Vérin, L’Harmattan, Paris, 1995, 346 p.

BOIVIN, Michel : Les Ismaéliens, Ed. Brepols, 1998, 223 p.

ENGINEER, A. A. : The Muslim Communities of Gujarat, An Explanatory Study of Bohras, Khojas and Memons, Ajanta Publications, Delhi, 1989, 275 p.

GOBILLOT, Geneviève : Les Chiites, Brepols, 1998, 224 p.

LACHAIER, Pierre : « Les Khojas duodécimains de Madagascar », p. 138-143, in C. Servan-Schreiber et Vasoodeven Vuddamalay, éds., Hommes et Migrations, Paris, n°1268-1269, Juillet-Octobre 2007.

LACHAIER, Pierre : « Mapping the Gujarati Muslim Communities in Paris », p. 10-24 in MUKADAM, Anjoom and MAWANI, Sharmina, editors, Gujaratis in the West: Evolving Identities in Contemporary Society, Cambridg Scholars Publishing, Newcastle, 2007.

PINAULT, David : The Shiites : ritual and popular piety in a Muslim community, St. Martin’s Press, New York, 1993 (first ed. 1992), 210 p.

Equipe Diaspora de l’Océan Indien, le 20 janvier 2009

Séminaire le Mardi 20 janvier à 14 heures, Salle 709, 54 boulevard Raspail au Centre d’Etudes de l’inde et de l’Asie du Sud.

Un film de Daniel Negers : « Images brutes d’une ‘cérémonie’ sacrificielle en milieu indo-guadeloupéen. »

Une communication de Mathieu Claveyrolas : « Esclaves ou conquérants? Les récits fondateurs de l’identité indo-mauricienne ».