Circular Migration and Multilocational Livelihood Strategies in Rural India

Circular Migration and Multilocational Livelihood Strategies in Rural India (2009)

DESHINGKAR Priya, FARRINGTON John

New Delhi : Oxford University Press, 2009, 352 p.

Recension intéressante

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

RAGHURAM, SAHOO, MAHARAJ, SANGHA (2008). Tracing an Indian diaspora, Delhi, Sage

RAGHURAM Parvati, SAHOO Ajaya, MAHARAJ Brij, SANGHA Dave (2008). Tracing an Indian diaspora. Contexts, memories, representations, Delhi, Sage, 467 p.

Cet ouvrage est collectif à double titre : il constitue un recueil de pas moins de 21 (!) contributions et a été dirigé par 4 chercheurs répartis sur 4 continents. Le projet initial visait à marquer les dix ans du Centre for Study of the Indian Diaspora de l’Université de Hyderabad, la publication devant coïncider avec l’édition des Pravasi Bharatyia Divas [événement annuel célébrant la diaspora, organisé depuis 2003 par l’Etat indien] à Hyderabad (janvier 2006).

Les contributions n’excèdent jamais 25 pages, réparties en quatre parties équilibrées :

  • Les 2 premières parties assez classiques portent sur différents groupes dans la diaspora indienne étudiés généralement à l’échelle d’un État-nation d’installation.
    • la diaspora issue de l’engagisme (indentured diaspora) : Asie du Sud-est, Fidji, Caraïbes, Malaisie
    • la « nouvelle diaspora », un regard contemporain sur la diaspora indienne en Grande-Bretagne, aux USA, ainsi qu’un chapitre sur la Nouvelle-Zélande
  • La troisième partie est consacrée aux processus de construction identitaire en diaspora : deux chapitres portent sur les identités religieuses (musulmanes en l’occurrence) ; deux sur la relation aux pays et espaces d’origine ou de départ potentiels ; enfin on relève un article présentant une recherche d’inspiration intersectionnaliste sur l’homosexualité masculine menée dans la diaspora sud-asiatique aux États-Unis.
  • La quatrième partie questionne les représentations en diaspora à travers le prisme des cultural studies, principalement basées sur des œuvres littéraires et cinématographiques.

L’introduction générale, après être rapidement revenue sur les notions de diaspora, de diaspora indienne et sur la genèse de l’ouvrage, souligne quelques thèmes transversaux à plusieurs contributions (notamment les identités minorisées, le patriarcat en diaspora, le souvenir et la mémoire). De manière originale elle soulève pour finir un certain nombre de points non abordés dans l’ouvrage, ouvrant des champs de questionnement et de débat souvent novateurs. Contrairement à l’usage pour ce type d’ouvrages, elle ne présente que très brièvement les différentes contributions, ce qui est fait plus longuement dans les introductions des quatre parties, chacune étant rédigée par un des quatre auteurs. Ces introductions sont résolument ancrées dans l’actualité des sciences sociales anglo-saxonnes et d’une lecture stimulante.

Quant au contenu de l’ensemble, l’introduction admet d’emblée les limites mais aussi l’intérêt de ce type de publications : « [This volume] is thus an assemblage, not a narrative. This volume [attemps to] unsettle diaspora by loosely juxtaposing a set of chapters that provide complementary, sometimes competing perspectives, on diasporic locations, identifications and representations. » (Raghuram & Sahoo, p.1).

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts