Marie Percot, le 28 avril 2009

Genre et migration : La migration des infirmières kéralaises ou quand les femmes partent en premier

Marie Percot (CNRS)

Il y a désormais une tradition bien établie de migration des infirmières du Kérala dans les pays du Golfe et en Occident. L’USA Nurse est même devenu un vrai stéréotype au Kérala ces dernières années. Dans cette présentation, je souhaiterais tout d’abord faire un point de comparaison entre jeunes infirmières du Kérala et leurs consœurs du nord de l’Inde et aborder les dernières évolutions de cette niche migratoire. En un second temps, je tenterais d’analyser comment les infirmières migrantes gèrent les nombreuses contradictions dans lesquelles elles se trouvent comme femmes tête de pont de la migration, devant constamment renégocier leur statut tant professionnel qu’individuel, entre rôle traditionnel et aspirations personnelles. Je conclurai sur la vision des féministes indiennes (militantes ou universitaires) face à cette migration particulière.

Ecouter la séance :

Bibliographie sommaire :

Devika J. (2006), En-Gendering Individuals: The Language of Re-forming in Early 20th Century Keralam, Orient Longman, Hyderabad, 2006.

Ehrenreich B., Hochschild A.R. (ed) (2004), Global Women. Nannies, maids, and sex workers in the new economy,  Holt Paperback, New York.

George, Sheba M. (2005) When Women Come First. Gender and Class in Transnational Migration. Berkeley, University of California Press, 259 p.

Jeffrey, Robin (1993) Politics, Women and Well-Being, How Kerala Became a Model, New Delhi, Oxford University Press (Paperback), 285 p.

Kingma, Mireille (2005) Nurses on the Move: Migration and the Global Health Care Economy, New York, Cornell University Press.

Longva, Ahn Nga (1997) Walls Built on Sand. Migration, Exclusion and Society in Kuwait. Oxford: Westview Press.

Osella C., Oselle P. (2008), « Nuancing the « Migrant Experience ». Perspectives from Kerala, South India », in Transnational South Asians. The making of a neo-diaspora, S. Koshy et R. Radhakrishnan (ed), Oxford University Press, New Delhi: 146-180.

Percot, Marie (2005) « Les infirmières indiennes émigrées dans le Golfe : de l’opportunité à la stratégie », in Revue Européenne des Migrations Internationales 21 (1) (numéro Femmes, genre, migration et mobilités, sous la dir. de Christine Catarino, Mirjina Morokvasic et Marie-Antoinette Hily) : 29-54.

Raghuram, Parvati (2004) « The Difference that Skills Make: Gender, Family Migration Strategies and Regulated Labour Market » Journal of Ethnic and Migration Studies, 30 (2): 303-21.

Rudrappa, Sharmila (2008), « Braceros and techno braceros. Guest workers in the US and the commodification of low and high wage labour », in Transnational South Asians. The making of a neo-diaspora, S. Koshy et R. Radhakrishnan (ed), Oxford University Press, New Delhi: 291-324.

Zachariah, K.C., Rajan S.I. (2004). Gulf Revisited. Working paper No. 363, Trivandrum, Centre for Development Studies.

Lieu : CNRS Villejuif, Salle de conférences, rez-de-chaussée, Bâtiment D. S’y rendre.

Christine Moliner, le 26 mars, Nanterre

Invisible et modèle ? Premiers résultats d’une étude en cours sur l’immigration sud-asiatique en France

Christine Moliner (EHESS)

Dans le champs des études migratoires en général et des études sur les diasporas sud-asiatiques en particulier, les communautés sud-asiatiques établies en France sont méconnues. Les spécificités de leur parcours migratoire sont de ce fait ignorées aussi bien du grand public que des professionnels qui cotoient les populations immigrées ou des institutions qui définissent les politiques publiques en matière d’intégration.

Une étude en cours, dont on livrera ici les premiers résultats, tente de dresser un tableau d’ensemble des populations originaires du sous-continent indien en France, puis dans un deuxième temps, s’attachera plus spécifiquement aux parcours d’intégration des Pendjabis indiens et pakistanais.

Ecouter l’intervention de Christine Moliner

Lieu : Université Paris X Nanterre, Bâtiment A, Salle 310

Bibliographie

Hommes et migrations n°1268-1269 ‘Diasporas indiennes dans la ville’

Ashok (B.), La présence des Indiens du Nord en Ile de France, thèse de géographie, Paris 7, 1997

Anthony Goreau-Ponceaud, La diaspora tamoule: trajectoires spatio-temporelles et inscriptions territoriales en Ile de France, thèse de géographie, Bordeaux, 2008

Barbara Berardi Tadié, Juin 2009

Migration, urbanisation, société civile : stratégies associatives dans la ville de Pokhara, Népal

Mon exposé s’inscrit dans le cadre d’une recherche sur les dynamiques associatives liées à l’émergence d’une agglomération urbaine dans la région occidentale du Népal : Pokhara (district de Kaski).

J’essaierai de dégager le rôle des organisations de la société civile dans ce contexte urbain de constitution récente (caractérisé par une population extrêmement hétérogène et fluctuante, une migration massive et une segmentation de l’organisation sociale traditionnelle) et les stratégies qu’elles ont développées pour faire face aux problèmes sociaux, économiques et politiques qui touchent la ville.

Pour cela, on esquissera d’abord une typologie des trajectoires migratoires observables autour de la ville. On verra ensuite que ces formes de mobilité définissent Pokhara comme une « ville-relais » : point d’arrivée, de départ, de transition. On amorcera enfin une description du réseau associatif urbain, en s’appuyant sur quelques exemples de stratégies associatives, telles qu’elles émergent dans les domaines de la pratique rituelle, de la gestion du territoire et des services sociaux.

Ces exemples permettront d’identifier certaines dynamiques d’interaction, d’organisation et réorganisation sociales en jeu dans cette « ville-relais ». Ils pourront également contribuer à montrer comment l’exode rural et la migration internationale sont en train de façonner la ville, en créant des liens multiples entre celle-ci, l’arrière-pays et l’étranger.

Ecouter l’intervention de Barbara Tadié

Aminah Mohammad Arif, le 12 février 2009, 10 h, Villejuif

Jackson Heights ou Jai Kishan Heights ? Entre visibilité et intégration, les Sud-Asiatiques à New York

Aminah Mohammad-Arif (CNRS-CEIAS)

Après une brève présentation des profils démographiques et économiques des Sud-Asiatiques à New York, j’évoquerai leur appropriation de l’espace à travers deux exemples, symptomatiques de la tension entre la volonté de visibilité, et partant de différentiation, et celle d’intégration dans le paysage local : les quartiers commerçants de Jackson Heights (Queens) et de Coney Island (Brooklyn) dont je ferai une analyse comparative, et les parades dites ethniques.

Ecouter la communication

Bibliographie sélective

Fisher (Maxine), The Indians of New York City: A Study of Immigrants from India, Delhi, Heritage, 1980.

Khandelwal (Madhulika), Becoming American, Being Indian: An Immigrant Community in New York City, New York,Cornell University Press, 2002.

Mohammad-Arif (Aminah), Salam America : l’islam indien en diaspora, Paris, CNRS Editions, 2000.

Rangaswamy (Padma), Namasté America : Indian Immigrants in an American Metropolis, Penn State Press, 2000.

Van der Veer (Peter), ed., Nation and Migration : The Politics of Space in the South Asian Diaspora, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1980.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Pierre Lachaier, le 13 janvier 2008

LES KHOJAS DUODÉCIMAINS GUJARATIPHONES
La Jamate de La Courneuve et le réseau khoja mondial.

Dans la deuxième partie du XIXe siècle, beaucoup d’Indiens émigrèrent dans les colonies des empires britannique, mais aussi français et portugais de l’Océan indien pour remplacer une main d’œuvre esclave émancipée. Alors que les premières vagues d’émigrants vinrent travailler sous contrat (indenture labour), la majorité des expatriés indépendants (free passengers) qui les suivirent en bien moindre nombre appartenaient souvent à quelques castes et communautés à vocation marchande, dont les Khojas chiites duodécimains, ou Khojas Ithna Ashery. Issus du Gujarat et de Bombay, ces Khojas s’établirent à Madagascar, où ils ne tardèrent pas à prospérer jusqu’à contrôler une bonne partie de l’économie malgache. A partir des années 1970, ils commencèrent à émigrer en France métropolitaine et y reformèrent des communautés locales (Jamates). Nous présenterons les résultats d’une enquête menée du point de vue d’une anthropologie sociale indianiste dans leur centre de La Courneuve, en banlieue parisienne nord, donnerons quelques compléments d’information sur leurs condisciples rencontrés en 2008 en Inde du nord et esquisserons la structure du réseau aujourd’hui mondialisé de toutes les jamates et institutions khojas.

Lire la communication tout en regardant la présentation visuelle.

Bibliographie

BLANCHY, Sophie : Karana et Banians, Les communautés commerçantes d’origine indienne à Madagascar, Préface Pierre Vérin, L’Harmattan, Paris, 1995, 346 p.

BOIVIN, Michel : Les Ismaéliens, Ed. Brepols, 1998, 223 p.

ENGINEER, A. A. : The Muslim Communities of Gujarat, An Explanatory Study of Bohras, Khojas and Memons, Ajanta Publications, Delhi, 1989, 275 p.

GOBILLOT, Geneviève : Les Chiites, Brepols, 1998, 224 p.

LACHAIER, Pierre : « Les Khojas duodécimains de Madagascar », p. 138-143, in C. Servan-Schreiber et Vasoodeven Vuddamalay, éds., Hommes et Migrations, Paris, n°1268-1269, Juillet-Octobre 2007.

LACHAIER, Pierre : « Mapping the Gujarati Muslim Communities in Paris », p. 10-24 in MUKADAM, Anjoom and MAWANI, Sharmina, editors, Gujaratis in the West: Evolving Identities in Contemporary Society, Cambridg Scholars Publishing, Newcastle, 2007.

PINAULT, David : The Shiites : ritual and popular piety in a Muslim community, St. Martin’s Press, New York, 1993 (first ed. 1992), 210 p.

Sandrine Prévot, le 16 décembre 2008

Pour écouter l’intervention de Sandrine Prévot, cliquez ici. La présentation visuelle est disponible ici.

LA VIE QUOTIDIENNE DANS UN CAMPEMENT DE PASTEURS NOMADES DU RAJASTHAN

Les travaux de Sandrine Prévot portent sur les Raika éleveurs de moutons et de dromadaires du Rajasthan. Durant les 40 dernières années, le mode de vie de ces éleveurs s’est modifié : les réformes agraires, l’extension de l’agriculture, la dégradation écologique, et l’augmentation de la population animale ont provoqué une saturation des pâturages disponibles et ont engendré des déplacements plus lointains et de plus longue durée. Alors qu’autrefois les Raika se déplaçaient à l’intérieur du Rajasthan, aujourd’hui ils ont adopté un mode de vie nomade et parcourent plus de 2000 km par an à travers les Etats du Rajasthan, du Madhya Pradesh et de l’Uttar Pradesh.

Parce que le mouvement n’est pas un simple déplacement d’individus mais implique une organisation spécifique, je présenterai la structure d’un groupe nomade, la vie dans les campements, les repas, les soins donnés aux animaux, les relations entre membres du campement, relations avec les agriculteurs, l’administration et les relations avec les autres groupes nomades. Cette présentation sera illustrée par de nombreuses photographies.

Bibliographie

Sandrine Prévot, 2007, Les nomades d’aujourd’hui : ethnologie des éleveurs raika en Inde, Montreuil, Aux lieux d’être, 286p.

Introduction au séminaire – Le 21 novembre 2008

Le séminaire MIDAS a été lancé le 21 novembre à Nanterre. La séance a consisté en une introduction portant sur les grandes orientations que nous aimerions donner au séminaire.

Vous pouvez écouter la séance ici, lire le texte et regarder la présentation ici.

Jonathan Demenge, mai 2009

LE MONDE DES TRAVAILLEURS DE LA ROUTE AU LADAKH

Son travail porte sur la construction d’une route débutée il y a plus de 30 ans et visant à relier directement le Ladakh au versant Sud de l’Himalaya et au reste de l’Inde. Au delà des considérations géopolitiques liées à la proximité de la Chine et du Pakistan et des enjeux de désenclavement de villages isolés, la construction de cette route constitue un formidable défi humain. Lentement et au gré des saisons, la route taille son chemin à travers un paysage de vallées et de cols dépassant les 5000 mètres d’altitude, alternant entre parois verticales et pentes instables, et le long des gorges de la rivière Zanskar. Comme le rappelle la compagnie supervisant la construction « les routes dans ce terrain difficile ne sont pas faites uniquement de ciment et de béton, mais du sang des hommes de la Border Roads Organisation ». Ce défi constitue le quotidien de près de 2000 travailleurs et de leurs familles originaires du Népal, des plaines de l’Inde et en grande partie du district de Dumka au Jharkhand.

Pour certains de ces travailleurs aux fortunes et aux parcours fort divers, travailler sur les routes du Ladakh constitue une migration  saisonnière, pour d’autre une stratégie à plus long terme, ou encore une étape au cours d’un long voyage. Si beaucoup d’entre eux aspirent par la migration à une vie meilleure, peu y parviennent réellement. Ceci apparaît comme un paradoxe, étant donné les buts redistributifs affichés de la construction de la route. Basée sur un travail ethnographique effectué dans la région de Chilling entre 2006 et 2008, son étude constitue un examen des parcours de vie, du travail et de la relation à l’environnement au rythme des saisons, du quotidien et des stratégies de différents groupes de migrants. A travers une approche centrée sur l’étude des moyens d’existence (livelihoods approach), il tentera d’identifier, au lieux de destination et d’origine, les obstacles à l’amélioration des conditions d’existence des travailleurs migrants.

J. Demenge, 2009 (July), In the shadow of Zanskar: The Life of a Nepali Migrant, Ladakh Studies

Ecouter la communication

MIDAS, la présentation

Mobilités, Migrations et Diasporas d’Asie du Sud,
La construction de nouveaux mondes.

Organisation

Tristan Bruslé, « Milieux, Sociétés et Cultures en Himalaya » (CNRS)
Aurélie Varrel, Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS – EHESS)

Objectifs

Le but de ce séminaire est de réunir des chercheurs français travaillant sur le thème de la mobilité des hommes et des femmes d’Asie du sud dans et hors de leur région d’origine et d’en analyser les enjeux socio-spatiaux. Le terme de mobilité, tel que nous l’entendons, recouvre un ensemble de mouvements de population, qu’ils soient individuels ou collectifs, temporaires ou permanents, quotidiens, banals ou exceptionnels, à l’intérieur des frontières nationales ou hors de celles-ci. Ces mouvements peuvent être de différentes natures (agriculture, élevage, travail, réfugiés) et s’effectuer entre un lieu de départ (souvent un village) et un lieu d’arrivée (souvent une ville), voire entre davantage de lieux. Continuer la lecture de MIDAS, la présentation