Matinée thématique Associations, mardi 16 février, Thomas LACROIX

Le déploiement transnational des associations indiennes en Grande-Bretagne

Thomas LACROIX
International Migration Institute, James Martin 21st Century School, University of Oxford

Présentation
Cette intervention résulte d’une recherche conduite sur les organisations transnationales de migrants en Grande-Bretagne. Elle porte sur l’évolution de la société civile indienne qui s’est développée en Grande-Bretagne sur plus d’un demi siècle. Cette évolution est inséparable non seulement de la graduelle transformation de la population indienne, mais également des relations transnationales avec l’Inde et les autres pays de la diaspora. La guerre civile du Punjab au cours de la seconde moitié des années 1980 est un tournant majeur de cette évolution. Cette histoire est examinée à travers l’exemple de deux organisations emblématiques des périodes pré et post Khalistan, l’Indian Worker Association à Birmingham et le Sikh Human Right Group à Southall.

Ecouter l’intervention

Consulter la présentation Powerpoint.

Contact

Thomas Lacroix est chargé de recherche à l’International Migration Institute. Cette recherche est financée par la Fondation Volkswagen dans le cadre du programme européen Transnational Migrant Organisations. De façon plus globale, je m’intéresse aux relations entre les sociétés civiles migrantes et les pays d’origine, notamment à travers la problématique du développement. Outre l’exemple indien, mon travail porte sur les champs associatifs marocains, algériens et polonais en Europe.

thomas.lacroix[at]qeh.ox.ac.uk
www.imi.ox.ac.uk

Department of International Development
University of Oxford
Mansfield Road
Oxford OX1 3TB
United Kingdom

Tel. + 44 (0)1865 287303
Fax: +44 (0) 1865 287435

Lieu : Laboratoire HIMALAYA, CNRS, Villejuifet

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Matinée thématique Associations, 16 février, Gaëlle DEQUIREZ

Les associations tamoules sri lankaises dans la région parisienne, entre local et transnational

Gaëlle DEQUIREZ (CERAPS, Lille 2)

Présentation

Cette intervention vise à préciser le double ancrage, local et transnational, d’une grande partie des associations tamoules sri-lankaises en région parisienne. En effet, pour des raisons pratiques, un grand nombre de ces associations sont établies sur un mode local (à l’échelle d’une commune) et leurs responsables tissent des liens avec les autorités locales. Nous verrons comment l’espace public local est pourvoyeur de ressources mais aussi dispensateur de contraintes. Par ailleurs, beaucoup de ces associations sont aussi connectées à un réseau associatif tamoul transnational, dans les différents pays où se sont établis les membres de la diaspora tamoule sri-lankaise. Nous souhaitons restituer et expliquer cette configuration particulière des associations tamoules sri-lankaises de la région parisienne, et nous la mettrons en lien avec les dynamiques collectives qui traversent les divers pôles de cette diaspora.

Contact

Gaëlle Dequirez , Doctorante et ATER, CERAPS (UMR 8026), Université Lille 2

1 place Déliot BP 629 59 024 LILLE Cedex

 Email : gdequirez[at]hotmail.com

Lieu : Laboratoire HIMALAYA, CNRS, Villejuif

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Anthony Goreau 19 janvier 2010 10h

De la Chapelle à La Courneuve : entre tensions, visibilité et mobilisations

Anthony Goreau-Ponceaud

ADES, UMR 5185 CNRS – Université de Bordeaux

 

Mon exposé s’inscrit dans le cadre d’une recherche sur les trajectoires et les inscriptions territoriales des migrants tamouls en Île-de-France. Après une brève présentation des parcours et trajectoires migratoires tamoules en Île-de-France, j’évoquerai avec plus de précision les points de saillance identitaire de cette communauté dans l’espace public francilien.

En effet, à travers deux exemples, dont je ferai une analyse comparative, celui du quartier la Chapelle – à cheval entre les 10ème et 18ème arrondissements de Paris – et celui de La Courneuve 8 mai 1945, je voudrais analyser les manières dont ces groupes de migrants se sont appropriés des espaces en perpétuelle tension : entre visibilité et invisibilité.

J’analyserai également l’importance du rôle des tamouls du Sri Lanka dans la formulation d’une identité diasporique tamoule tout en mentionnant leur spécificité : l’omnipolitisation.

 

Ecouter l’intervention d’Anthony Goreau-Ponceaud

 

Regarder la présentation

 

Bibliographie indicative :

 

Hommes et migrations, n°1268-1269, « Diasporas indiennes dans la ville ».

 

Goreau-Ponceaud Anthony (2008), La diaspora tamoule : trajectoires spatio-temporelles et inscriptions territoriales en Île-de-France, thèse de doctorat, Université de Bordeaux 3.

Goreau-Ponceaud, « La diaspora tamoule : lieux et territoires en Île-de-France ». L’espace politique, 2008, n°4, pp.19-33.

Goreau-Ponceaud, « La diaspora tamoule en France : entre visibilité et politisation ». Echogéo, 2009.

Honneth, Axel (2006) La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique. Paris, La Découverte, 349p.

McDowell, C. (1996) A Tamil asylum Diaspora. Sri Lankan migration settlement and politics in Switzerland, Bergham Books, 308p.

Meyer, E (2001) Sri Lanka, entre particularismes et mondialisation, Paris, La Documentation Française, 184p.

Raulin, A. (2000), L’ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, L’Harmattan, 229p.

Vuddamalay, Vasoodeven (1989) « Présence indienne en France. Les facettes multiformes d’une immigration invisible », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol.5, n°3, pp.65-77.

Contact :

ATER, IUT Périgueux – Bordeaux IV – Département carrières sociales, gestion urbaine orientation développement touristique, Site universitaire 24 019 Périgueux Cédex

Email : anthonygoreau[at]yahoo.fr

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

MIDAS, 2ème saison, 2009-2010

Calendrier du séminaire MIDAS 2009-2010

Mardi 13 octobre 2009 (Villejuif, 10h)

David Picherit (Université Paris Ouest – IFP ) Jeunes éduqués en zone rurale : castes, classe et nouvelles formes de migration en Inde du Sud.

La présentation du séminaire se trouve ici.

Mardi 10 novembre 2009 (Villejuif, 10h30)

Philippe Venier (Migrinter, Poitiers)  Du Kérala au Golfe arabo-persique. Spécificités et évolutions récentes d’un champ migratoire.

La présentation du séminaire se trouve ici.

Mardi 1er décembre 2009 (Villejuif, 10 h)

Matinée thématique : La diaspora indienne à l’île Maurice et au Canada : dynamiques de dilution et de différentiation culturelle

Anouck Carsignol (IHEID, Genève) Le rôle ambivalent de l’Inde dans la construction identitaire en diaspora : une étude des Biharis de l’île Maurice et des Punjabis du Canada
Intervention et présentation

Catherine Servan Schreiber (CEIAS, EHESS)
Brève présentation d’un corpus iconographique: Le migrant et sa représentation en Inde du Nord
Intervention et présentation

Musique et migration: Modèle caribéen ou modèle indianocéanique? L’exemple du chutney mauricien.
Intervention et texte de la présentation

Mardi 19 janvier 2010 (CEIAS, 10h)

Anthony Goreau-Ponceaud (ADES, Bordeaux 3) De La Chapelle à La Courneuve : entre tensions, visibilité et mobilisations.

Intervention et présentation

Mardi 16 février 2010 (Villejuif, 10h)

Matinée thématique Les associations de migrants sud-asiatiques, approche comparée France – UK

Thomas Lacroix (IMI, Oxford) Le déploiement transnational des associations indiennes en Grande-Bretagne: évolution et perspectives.

Intervention et présentation

Gaëlle Dequirez (CERAPS, Lille 2) Les associations tamoules sri lankaises dans la région parisienne, entre local et transnational. (présentation)

Mardi 9 Mars 2010

Julie Humeau (IRSEA, Aix-Marseille)  Dharamsala ou « Little Lhassa ». L’appropriation d’un village indien par les Tibétains de l’exil.

Intervention et présentation.

Jeudi 20 mai 2010 (Villejuif, 10h)

Matinée thématique

Pierre-Yves Trouillet (ADES, Bordeaux 3)  Recréer le sacré hindou hors de l’Inde. La territorialité religieuse des Tamouls de Maurice.

Présentation de l’intervention

Eric Leclerc (Ailleurs, Rouen). Visualiser la diaspora indienne. Apports de la représentation des réseaux à la cartographie des réseaux.

Présentation de l’intervention

Jeudi 10 juin 2010

Pierre Lachaier (EFEO) Les émigrés d’origine indienne au Portugal. La Comunidade Hindú de Portugal

La présentation du séminaire se trouve ici.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Philippe VENIER Mardi 10 novembre 2009 10h30

Du Kérala au Golfe arabo-persique.

Spécificités et évolutions récentes d’un champ migratoire.

Philippe VENIER (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Depuis près de quarante ans, le Kérala constitue un des pôles majeurs de l’émigration indienne à destination des pays du Golfe arabo-persique. La spécificité de cette migration internationale réside dans le fait qu’il s’agit d’une migration de travail, intrinsèquement contractuelle et temporaire, sans possibilité d’acquérir la nationalité du pays d’accueil. Les parcours professionnels se diversifient, les durées de séjour s’allongent, des regroupements familiaux s’opèrent parmi certaines catégories de migrants, la circulation migratoire s’intensifie. Autrement dit, on assiste à la fois à des formes d’ancrages socio-économiques plus durables et à une plus grande fluidité des parcours migratoires. Néanmoins, si ce processus migratoire reste toujours d’actualité pour la majeure partie des Kéralais du Golfe, de nouvelles logiques migratoires apparaissent.

Un ensemble de facteurs, tant dans le pays d’origine que dans les pays d’accueil – avec ici l’exemple des Émirats Arabes Unis, favorisent ces nouvelles stratégies migratoires et engendrent ainsi des processus de territorialisation dans des espaces que l’on nomme désormais les little Kerala des villes émiraties et les gulf pockets du Kérala.

Philippe Venier est maître de conférence en géographie à l’Université de Poitiers et membre de MIGRINTER (UMR 6588 CNRS) (philippe.venier@univ-poitiers.fr).

Ecouter l’intervention de Philippe Venier :

Bibliographie :

VENIER Philippe (2005). L’émigration des Kéralais dans le Golfe. L’impact des mouvements migratoires internationaux sur une société en développement. In HABER Jana, METRAL France. Mondes en mouvements. Migrants au Moyen-Orient au tournant du XXIe siècle, Beyrouth, Presses de l’IFPO.

VENIER Philippe (2007). From Kerala to the UAE: emerging trends in a mature labour market. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00324540/en/

VENIER Philippe (2009). Stratégies d’ancrage des immigrés kéralais (Inde du Sud) dans les villes des Émirats Arabes Unis, Magheb Machrek, n°199.

Lieu : Laboratoire Himalaya, CNRS, Villejuif, Salle de conférence (RDC). S’y rendre.


Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

David Picherit, Mardi 13 octobre 2009, 10h

JEUNES ÉDUQUES EN ZONES RURALES :
CASTES, CLASSE ET NOUVELLES FORMES DE MIGRATION EN INDE DU SUD.

Cette présentation s’intéresse aux nouvelles formes de mobilité des jeunes « éduqués » de basse et de haute caste dans le district de Mahabubnagar en Andhra Pradesh, réputé pour les migrations de travailleurs asservis pour dette. Dans un contexte de politisation accrue des basses castes et de transformations des rapports sociaux au travail, les jeunes de basse caste d’un village de ce district ont accédé depuis une dizaine d’années au système scolaire.
Cet accès ne débouche toutefois sur aucun emploi conforme aux attentes et exigences de ces nouveaux lettrés. Ce passage par le système scolaire renforce nénamoins les volontés d’émancipation et d’affirmation de ces jeunes, volontés qui se confrontent aux résistances des hautes castes, mais aussi des travailleurs manuels au sein de leurs propres castes. L’étude des rapports quotidiens, oscillant entre conflit, camaraderie et résistance, nous permettra de décrire les luttes de prestige et de statut au sein du village, dans lesquelles les nouvelles formes de migration jouent un rôle essentiel. Nous questionnerons ainsi, à travers les attitudes corporelles et orales, les rapports changeants à la migration, au travail manuel et à la consommation de ces jeunes.

Bibliographie indicative :

JEFFREY, Craig, JEFFERY, Patricia, JEFFERY, Roger. When schooling fails : Young men, education and low-caste politics, in rural north India. Contributions to Indian sociology, 2005, vol. 39, n° 1, p. 1-38.

OSELLA, Filippo, GARDNER, Katy dir. Migration, Modernity and Social Transformation in South Asia. New Delhi : Sage Publications, 2004.

PICHERIT D., 2009. ‘Workers, trust us !’: Labour middlemen and the rise of the lower castes in Andhra Pradesh, In Breman J., Guérin I., Prakash A.(Eds.), India’s unfree workorce. Old and new practices of labour bondage, 2009, Delhi : Oxford University Press, p. 259-283.

Contact :

Laboratoire d’Ethnologie et Sociologie Comparative, Paris Ouest Nanterre La Defense.

Projet RUME/ANR Les Suds, UMR 201/IEDES.

picheritdavid[at]gmail.com

Lieu: Laboratoire Himalaya, CNRS. S’y rendre.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

RAGHURAM, SAHOO, MAHARAJ, SANGHA (2008). Tracing an Indian diaspora, Delhi, Sage

RAGHURAM Parvati, SAHOO Ajaya, MAHARAJ Brij, SANGHA Dave (2008). Tracing an Indian diaspora. Contexts, memories, representations, Delhi, Sage, 467 p.

Cet ouvrage est collectif à double titre : il constitue un recueil de pas moins de 21 (!) contributions et a été dirigé par 4 chercheurs répartis sur 4 continents. Le projet initial visait à marquer les dix ans du Centre for Study of the Indian Diaspora de l’Université de Hyderabad, la publication devant coïncider avec l’édition des Pravasi Bharatyia Divas [événement annuel célébrant la diaspora, organisé depuis 2003 par l’Etat indien] à Hyderabad (janvier 2006).

Les contributions n’excèdent jamais 25 pages, réparties en quatre parties équilibrées :

  • Les 2 premières parties assez classiques portent sur différents groupes dans la diaspora indienne étudiés généralement à l’échelle d’un État-nation d’installation.
    • la diaspora issue de l’engagisme (indentured diaspora) : Asie du Sud-est, Fidji, Caraïbes, Malaisie
    • la « nouvelle diaspora », un regard contemporain sur la diaspora indienne en Grande-Bretagne, aux USA, ainsi qu’un chapitre sur la Nouvelle-Zélande
  • La troisième partie est consacrée aux processus de construction identitaire en diaspora : deux chapitres portent sur les identités religieuses (musulmanes en l’occurrence) ; deux sur la relation aux pays et espaces d’origine ou de départ potentiels ; enfin on relève un article présentant une recherche d’inspiration intersectionnaliste sur l’homosexualité masculine menée dans la diaspora sud-asiatique aux États-Unis.
  • La quatrième partie questionne les représentations en diaspora à travers le prisme des cultural studies, principalement basées sur des œuvres littéraires et cinématographiques.

L’introduction générale, après être rapidement revenue sur les notions de diaspora, de diaspora indienne et sur la genèse de l’ouvrage, souligne quelques thèmes transversaux à plusieurs contributions (notamment les identités minorisées, le patriarcat en diaspora, le souvenir et la mémoire). De manière originale elle soulève pour finir un certain nombre de points non abordés dans l’ouvrage, ouvrant des champs de questionnement et de débat souvent novateurs. Contrairement à l’usage pour ce type d’ouvrages, elle ne présente que très brièvement les différentes contributions, ce qui est fait plus longuement dans les introductions des quatre parties, chacune étant rédigée par un des quatre auteurs. Ces introductions sont résolument ancrées dans l’actualité des sciences sociales anglo-saxonnes et d’une lecture stimulante.

Quant au contenu de l’ensemble, l’introduction admet d’emblée les limites mais aussi l’intérêt de ce type de publications : « [This volume] is thus an assemblage, not a narrative. This volume [attemps to] unsettle diaspora by loosely juxtaposing a set of chapters that provide complementary, sometimes competing perspectives, on diasporic locations, identifications and representations. » (Raghuram & Sahoo, p.1).

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Aminah Mohammad Arif, le 12 février 2009, 10 h, Villejuif

Jackson Heights ou Jai Kishan Heights ? Entre visibilité et intégration, les Sud-Asiatiques à New York

Aminah Mohammad-Arif (CNRS-CEIAS)

Après une brève présentation des profils démographiques et économiques des Sud-Asiatiques à New York, j’évoquerai leur appropriation de l’espace à travers deux exemples, symptomatiques de la tension entre la volonté de visibilité, et partant de différentiation, et celle d’intégration dans le paysage local : les quartiers commerçants de Jackson Heights (Queens) et de Coney Island (Brooklyn) dont je ferai une analyse comparative, et les parades dites ethniques.

Ecouter la communication

Bibliographie sélective

Fisher (Maxine), The Indians of New York City: A Study of Immigrants from India, Delhi, Heritage, 1980.

Khandelwal (Madhulika), Becoming American, Being Indian: An Immigrant Community in New York City, New York,Cornell University Press, 2002.

Mohammad-Arif (Aminah), Salam America : l’islam indien en diaspora, Paris, CNRS Editions, 2000.

Rangaswamy (Padma), Namasté America : Indian Immigrants in an American Metropolis, Penn State Press, 2000.

Van der Veer (Peter), ed., Nation and Migration : The Politics of Space in the South Asian Diaspora, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1980.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts