SAMAJ Call for papers

South Asia Multidisciplinary Journal

 

South Asians on the move.
Migratory spaces and place building in the South Asian diaspora

 

The study of the mobility and migration of people of South Asian origin has focused on processes of migration on the one hand and integration issues in distinct host communities on the other; « diaspora » and « transnationalism » have become part of our standard vocabulary, which has given considerably new impetus to migration studies. This special issue of SAMAJ (http://samaj.revues.org/index.html) would like to bring to the fore a geographical perspective of South Asian migrations, thus following “the spatial turn” that has affected all social science (Soja). In a world where movements of any type are accentuated, far from leading to the “end of territories” (Badie), globalization “has accentuated the significance of location” (Warf and Arias). The study of space, as a social construct (Lefebvre), explains how people inhabit the world and find mediations between the world and themselves, as social and cultural agents. Migration and migrants change space and create places that reflect where people come from, how they have migrated and what their relation is to the host society.

At the crossroads between agency, imagination and global migration (Appadurai), space is this special issue’s point of entry into analyzing migration. We envision migration as a social phenomenon that sets distant places in relation to each other simultaneously, thus creating specific relational spaces. Migrations encompass different scales, from a global one corresponding to the scattering of migrants across countries and towns, to a more intimate one, e.g. that of the house or of the room. Although it is commonplace in migration studies to note that places (houses, religious buildings, restaurants, community centres, etc.) are (re)created so that migrants feel at home when away from their native place, this issue has barely been addressed as far as South Asian spaces “on the move” are concerned.

Space is a continuum where life trajectories and individual as well as collective strategies literally take place, in the sense that people’s lives contribute to modifying or to creating places. It gains in importance and in complexity in a context of mobility, where new forms of relationship to space are initiated. Migration patterns tend to become embedded in people’s lives to such an extent that multilocality is part of people’s “normal” life. Mobility creates relations between discontinuous places. Hence, Gildas Simon suggests using the term “migratory space” to refer to whole places that are connected by migration. Starting from this spatial perspective on migration, one interrelated question is: how do distinct, discontinuous places reflect one specific migratory space, to what extent do they display similarities? The study of lived spaces helps unravel individual, family and group practices. According to various forms of belonging as well as individual agency, strategies of “creating spaces” vary. Our goal is to give meaning to the materiality of places (architecture, setting, organization) by situating them in a larger web of relations that we call migratory space.

Besides their materiality, places are regarded as loci of interaction, innovation and negotiation which are built up by people who live far from their place of birth. In this context, places inhabited by people on the move also help us to understand the migrant community itself and its relationship with the social, political or natural environment where they live, whether it be on a temporary or permanent basis: what does the study of places tell us about the society of origin, about the host society and about the relations between the two? Different types of spaces are addressed: private spaces (e.g. where migrants are housed, as well as their homes in their country of origin), spaces that are open to the public (e.g. shops, religious buildings), public spaces. The latter type addresses issues related to the visibility of migrant communities in host societies, how they are perceived by their (migrant and non-migrant) users; in this respect we are also interested in understanding how public spaces can be turned into spaces for staging long-distance protests, claims and acts of resistance by migrants willing to make national political issues known on an international scale.

The editors of this special issue of SAMAJ are calling for articles to explore the places that constitute the migration space: what similarities emerge between these places? In what way do migrants engage with the host society by building places? What do representations and perceptions of places tell us about the migration process? We would also like to lay emphasis on perceptions and representations of places. Places are never neutral, they always mean something and are not only built up, but are also used and travelled (Lefebvre). They are materially and emotionally embedded as they are sources of feelings (e.g. resentment, empathy) that can be expressed through oral or written descriptions, drawings, pictures. Furthermore, in diasporic communities, the relationship with the place of origin often takes the form of a built upon, reconstructed, idealised image. The role of the imagination and the (re)making of faraway so-called places of origin are relevant topics: how do these places make sense and how are they represented in the imaginary of migrant communities, whatever the generation? From this point of view, articles attempting to analyse cultural and artistic products created by migrants regarding space are more than welcome.

 

This special issue is open to all social scientists interested in the South Asian diasporas and their relations to space from a historical, sociological, anthropological or geographical perspective. The editors insist on the fact that places are central to this issue, so drawings, sketches, mental maps and photographs are most welcome to illustrate or to complete the contribution.
Draft abstracts, to be submitted by the end of November 2011, should be a maximum of 500 words and include the name, full contact details, and scientific affiliation of the authors.
Articles (6,000-8,000 words) must be submitted by March 1st 2012.

 

To submit an article, please contact: Aurélie Varrel (aurelie.v@gmail.com) and Tristan Bruslé (tristan.brusle@gmail.com)

 

Bibliography

Appadurai, Arjun (1996) Modernity at large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis: University of Minnesota Press.

Badie, Bertrand (1995) La fin des territoires. Essai sur le désordre international et l’utilité sociale du respect, Paris: Fayard.

Lefebvre, Henri (1999) La production de l’espace, Paris: Editions Anthropos Economica (4ème édition).

Simon, Gildas (2008) La planète migratoire dans la mondialisation, Paris : Armand Colin

Soja, Edward (1989) Postmodern Geographies: The Reassertion of Space in Critical Social Theory, London: Verso.

Warf, Barney; Arias, Santa (2009) The Spatial Turn, Interdisciplinary perspectives, London, New York: Routledge.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Anne-Sophie Bentz, le 7 février 2011, 13h30

La diaspora tibétaine en Inde.

Volontés d’exclusion et besoins d’intégration

Anne-Sophie Bentz

Cette communication porte sur les réfugiés tibétains qui se sont installés en Inde à la suite de l’exil du Dalaï-Lama en avril 1959 et qui en sont venus à constituer la plus importante communauté tibétaine en dehors du Tibet – 94 203 sur 127 935 réfugiés tibétains de par le monde, si l’on s’en tient aux résultats de l’enquête démographique menée par le gouvernement tibétain en exil en 2009. J’envisage la diaspora tibétaine en Inde dans une perspective historique, en remontant à l’installation des premiers réfugiés tibétains en Inde, mais je m intéresse aussi, et surtout, aux questions que se posent aujourd’hui les réfugiés tibétains et qui ont trait aux perspectives d’avenir de la communauté tibétaine en Inde.

Je pars de l’hypothèse, défendue par le gouvernement tibétain en exil, selon laquelle la structure particulière des camps de réfugiés tibétains en Inde, mais aussi au Népal, aurait permis aux réfugiés, qui se sont ainsi retrouvés non seulement réunis entre eux, mais encore relativement séparés de la société d’accueil, de recréer un sentiment d’appartenance proprement tibétain qu’ils avaient pu momentanément oublier dans la solitude de l’exil et qu’ils auraient pu perdre pour de bon s’ils avaient été éparpillés dans la société d’accueil. Les camps de réfugiés tibétains sont assimilés à des microcosmes du Tibet. Cette hypothèse, pour contestable qu’elle soit, a été reprise et validée par les réfugiés tibétains eux-mêmes, dont beaucoup estiment encore aujourd’hui que le système particulier de camps de réfugiés mis en place en Inde est indispensable à la survie de la communauté tibétaine. Ce qui ne les empêche pas d’avoir une attitude pour le moins paradoxale : la défense théorique des camps de réfugiés va en effet de pair avec des interactions à la fois nécessaires et voulues avec la société indienne, qui se traduisent parfois par une sortie, temporaire ou définitive, des camps de réfugiés. Je retiendrai ici deux exemples d’intégration, l’armée et le commerce – le « sweater business ». J’analyserai également les réponses apportées par les réfugiés tibétains aux problèmes d’emploi et d’éducation, réponses que j’opposerai à l’idéal des camps de réfugiés tibétains en Inde prôné par le gouvernement tibétain en exil.

Ecouter la présentation

Lieu : EHESS, 190 avenue de France, Paris 13ème (Métro Quai de la Gare ou Bibliothèque). 6ème étage, salle 662 (prendre l’ascenseur B).

Bibliographie indicative

ANAND, Dibyesh, « (Re)imagining Nationalism : Identity and Representation in the Tibetan Diaspora of South Asia », Contemporary South Asia (Abingdon, Oxfordshire), 9, n° 3 (November 2000), pp. 271-287.

ANAND, Dibyesh, « A Contemporary Story of “Diaspora” : The Tibetan Version », Diaspora, 12, n° 2 (Summer 2003), pp. 211-229.

BENTZ, Anne-Sophie, « Reinterpreting the Past or Asserting the Future ? National History and Nations in Peril – The Case of the Tibetan Nation », Studies in Ethnicity and Nationalism, 6, n° 2 (2006), pp. 56-70.

BENTZ, Anne-Sophie, « La diaspora tibétaine en Inde », Relations internationales, numéro sur les diasporas coordonné par Mohammad-Reza Djalili et Andre Liebich, n° 141 (hiver 2010), pp. 111-131.

BERNSTORFF, Dagmar, et von WELCK, Hubertus (éd.), Exile as Challenge : The Tibetan Diaspora, Hyderabad, Orient Longman, 2004 [2002].

KLIEGER, Christiaan P., Tibetan Nationalism, The Role of Patronage in the Accomplishment of a National Identity, Meerut, India, Aranacha Publications, 1991.

KLIEGER, Christiaan P. (éd.), Tibet, Self, and the Tibetan Diaspora : Voices of Difference, Proceedings of the Ninth Seminar of the International Association for Tibetan Studies, Leiden 2000, Leiden, Brill, 2002.

KOROM, Frank J. (éd.), Tibetan Culture in the Diaspora, Proceedings of the Seventh Seminar of the International Association for Tibetan Studies, Graz 1995, Vienne, Verlag der Oesterreichischen Akademie der Wissenschaften, 1997.

MACPHERSON, Seonaigh, BENTZ Anne-Sophie, et BHUTI, Dawa, « Global Nomads : The Emergence of the Tibetan Diaspora (Part I) », Migration Information Source (September 2008), disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.migrationinformation.org/Feature/display.cfm?ID=693.

MACPHERSON, Seonaigh, BENTZ Anne-Sophie, et BHUTI, Dawa, « The Tibetan Diaspora : Adapting to Life outside Tibet (Part II) », Migration Information Source (October 2008), disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.migrationinformation.org/Feature/display.cfm?ID=696.

NOWAK, Margaret, Tibetan Refugees : Youth and the Generation of Meaning, New Brunswick, N. J., Rutgers University Press, 1984

POWELL, Andrew, Heirs to Tibet : Travels Among the Exiles in India, New Delhi, Bluejay Books, 1992

SAKLANI, Girija, The Uprooted Tibetans in India : A Sociological Study of Continuit and Change, New Delhi, Cosmo, 1984.

SHAKABPA, Tsepon, Tibet : A Political History, New Haven, London, Yale University Press, 1967.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Ingrid Therwath, 22 novembre, 10h (EHESS, 54 Bd Raspail, salle 241)

Les Telanganais de l’extérieur et le régionalisme à distance

Ingrid Therwath
(Centre des Sciences Humaines, New Delhi)

A l’automne 2009, la presse nationale indienne et les médias internationaux se sont émus des troubles sessionistes qui agitaient l’Etat méridional d’Andhra Pradesh et avaient conduit à des violences à Hyderabad, la capitale et un grand centre économique. Depuis une dizaine d’années, ce mouvement, qui date en réalité des années 1950 et réclame l’autonomie du Telangana au sein de la fédération indienne, connait un nouveau souffle et s’appuie en grande partie sur les expatriés originaire de la région. Ces derniers, à travers de très actives organisations aux Etats-Unis, en Angleterre et dans le Golfe, financent les activistes en Inde, fournissent du matériel électoral, se déplacent pour faire campagne et dans certains cas, se présentent même en personne à la mandature. Cette présentation se penchera donc sur les différentes logiques de cet engagement politique transnational en explorant la différence entre le régionalisme à distance et le « nationalisme à distance » et le rapport à l’Etat.

Pour écouter la présentation :

Visualiser la présentation

Bibliographie indicative

Christophe Jaffrelot, Ingrid Therwath, “The Sangh Parivar and the Hindu Diaspora in the West. What kind of « Long-Distance Nationalism »?”, International Political Sociology, n°3, September 2007.

Rajat Ganguly, Ian Macduff (dir.), Ethnic Conflict and secessionism in South and Southeast Asia, causes, dynamics, solutions, New Delhi: Sage Publications, 2003.

Subrata K. Mitra and V.B. Singh, When Rebels become Stakeholders: Democracy, Agency and Social Change in India, 2009, New Delhi: Sage Publications, 2003.

Duncan B. Forester, « Subregionalism in India, the Case of Telangana », Pacific Affairs,  43-1, 1970, pp. 5-21.

Ingrid Therwath, « The Indian State and the Diaspora: Towards a NewPolitical Model ». in Eric Leclerc (ed.), Political Models and Actors of the Indian Diaspora, Manohar, New Delhi. Forthcoming.

Ingrid Therwath, « La diaspora indienne comme acteur international », , in Jaffrelot, Christophe (dir.), New Delhi et le monde. Une puissance émergente entre realpolitik et soft power, Paris, Autrement, pp.110-124, 2008.

Contact

Ingrid Therwath
Centre des Sciences Humaines, 2 Aurangzeb Road, New Delhi
ingrid.therwath[at]csh-delhi.com

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

MIDAS, Saison 3, 2010-2011

Calendrier des séances

22 novembre (EHESS, salle 241, 10h)

Les Telanganais de l’extérieur et le régionalisme à distance
Ingrid Therwath (Centre des Sciences Humaines, Delhi)

Présentation de la séance.

Jeudi 20 Janvier 2011 (10 h, Villejuif, Salle de conférences)

Procédures judiciaires francaises et populations originaires d’Asie du Sud : exemples du tribunal de Bobigny
Véronique Bouillier (Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, EHESS, Paris)

Présentation de la séance

Lundi 7 Février 2011 (EHESS, 13 h 30)

Les réfugiés tibétains en Inde. Nationalisme et exil.
Anne-Sophie Bentz (ATER  à l’Université Toulouse 1 Capitole)

Présentation de la séance

Mardi 15 Mars 2011, EHESS, 10h

L’inscription socio-spatiale des Tamouls dans la société « multiraciale » singapourienne
Delon Madavan (Laboratoire Espaces Nature et Culture, Paris 4)

Présentation de la séance.

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Circular Migration and Multilocational Livelihood Strategies in Rural India

Circular Migration and Multilocational Livelihood Strategies in Rural India (2009)

DESHINGKAR Priya, FARRINGTON John

New Delhi : Oxford University Press, 2009, 352 p.

Recension intéressante

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Eric Leclerc, 20 mai 2010

Visualiser la diaspora indienne.
Apports de la représentation des réseaux à la cartographie des diasporas.

ERIC LECLERC (AILLEURS EA 2534, ROUEN)

Objet d’étude pluri-disciplinaire, la diaspora indienne n’a pas donné lieu a un très grand nombre de représentations graphiques, qu’il s’agisse de carte ou de graphe. A titre d’exemple, sur les 416 pages de l’Encyclopédie de la diaspora indienne publiée par Brij V. Lal, une seule est consacrée à la cartographie de la diaspora. Comme le déplorait déjà Françoise Vergneault-Belmont à propos de son expérience au sein de l’EHESS, la visualisation de l’objet d’étude est le plus souvent reléguée à « l’extrême aval de la démarche du chercheur ». Depuis la parution du rapport Singvhi en 2001 et le dénombrement de la diaspora indienne effectué alors, le nombre des représentations a augmenté. Cependant il s’agit toujours de cartes de stock (en nombre de migrants par pays) qui reflètent très mal la dynamique du phénomène et oblitèrent totalement les réseaux de la diaspora.

Cette intervention proposera dans un premier temps une analyse des productions cartographiques relatives à la diaspora indienne. L’objectif étant d’analyser les apports heuristiques de ces représentations ainsi que leurs limites. En effet, la cartographie des diasporas soulève de redoutables problèmes. Leur fonctionnement réticulaire ne se prête pas à la métrique topographique des États et l’absence de contiguïté de leurs implantations, leur dispersion même, rend difficile le choix des échelles pour les représenter. Dans un second temps, à partir de l’analyse des trajectoires d’informaticiens indiens vers la Malaisie, nous proposerons une comparaison de différentes méthodes de représentation relevant de la cartographie et des graphes de réseaux afin de pourvoir intégrer la dimension heuristique en amont de la recherche.

Ecouter la présentation

Bibliographie indicative :

DIMINESCU, D. Le migrant connecté – Pour un manifeste épistémologique. Migrations/Société [Type of Work]. 2007, vol. 17, no. 102 [cited x w0180], pp. 275-292. Disponible en ligne:http://www.ticm.msh-paris.fr/spip.php?article32.

LECLERC, E. Mapping the Diaspora. In B.V. LAL. The encyclopedia of Indian diaspora. Singapore: Ed. Didier Millet, National University of Singapore, 2006, p. 142-143.

LECLERC Eric. La Malaisie, une première étape dans la circulation planétaire des informaticiens indiens. In C. AUDEBERT, E. MA MUNG. Les nouveaux territoires migratoires : entre logiques globales et dynamiques locales. Bilbao: HumanitarianNet, Université de Bilbao, 2007, p. 217-230.

LECLERC Eric. Cartographier la diaspora indienne. L’information géographique,  2008, vol. 72, no. 1, p. 84-87.

VERGNAULT-BELMONT, F. L’œil qui pense : méthodes graphiques pour la recherche en sciences de l’homme. Edtion ed. Paris: L’Harmattan, 1988. 348 p. ISBN 2-7384-6776-8.

Contact :

Leclerc Eric, MCF, Département de géographie

UFR des Lettres et des Sciences Humaines, Université de Rouen

E.A. Ailleurs 2534

http://www.georouen.org/spip.php?article428

eric.leclerc /at/ univ-rouen.fr

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Pierre Yves Trouillet, 20 mai 2010

Recréer le sacré hindou hors de l’Inde.
La territorialité religieuse des Tamouls de Maurice.

Pierre-Yves Trouillet
(ADES UMR 5184 CNRS- Université de Bordeaux)

Cette intervention porte sur les modalités, les formes et les enjeux de la construction des temples tamouls à Maurice.
L’immigration massive de populations d’origine indienne à Maurice a débuté au XIXe siècle pour répondre au besoin de main-d’œuvre agricole suite à l’abolition de l’esclavage. Les descendants de ces migrants indiens constituent aujourd’hui le groupe majoritaire de la République de Maurice.
La dé-territorialisation et la re-territorialisation de ces populations soulèvent de nombreuses questions, dont celle de la reproduction du sacré hindou hors de sa traditionnelle terre sainte qu’est l’Inde. Cette question implique deux principaux champs problématiques et interactifs : le champ religieux, et le champ des enjeux sociaux et identitaires.
Le cas des Tamouls de Maurice est intéressant à plusieurs titres. Premièrement parce qu’ils sont parvenus à recréer leurs temples et leurs rituels dans l’espace public mauricien d’une façon remarquable, mais aussi parce que le statut de leur communauté se situe à la jonction entre celui de groupe majoritaire (hindou) et celui de groupe minoritaire (tamoul). Or, sur un fond d’ethnicité dravidienne importée d’Inde, des enjeux de pouvoir opposent depuis plusieurs décennies les Tamouls aux « Hindous » (majorité hindouiste bhojpuriphone et hindiphone) de Maurice, si bien que les Tamouls hindouistes de Maurice ne  se considèrent plus aujourd’hui comme appartenant à la religion « hindoue » mais à une religion distinctement « tamoule ». Cette distanciation ethno-religieuse se retrouve à la fois dans les catégories du recensement national depuis 1983, et dans le paysage et les pratiques rituelles contemporaines.
Dans ce contexte, en tant que (haut) lieu social et rituel des populations hindouistes, le temple constitue un précieux indicateur des modalités de la reterritorialisation du sacré hindou hors de l’Inde, ainsi que des différents enjeux et luttes qui ont lieu dans le champ socio-symbolique de la scène publique mauricienne.

Le diaporama de la présentation

A écouter : Partie 1 ; Partie 2

Bibliographie indicative :

BENOIST, Jean (1998) Hindouismes créoles (Mascareignes, Antilles). Editions du CTHS, Paris.
SOORIAMOORTHY, Ramoo (1989) “Temples over the years”, in Rajaram et al. Proceedings of the 7th International Conference-Seminar of Tamil Studies, Government Central Press, Madras.
TIROUMALECHETTY, P. (1984) “Tamil Temples on the Estates – Early Days”; in Bissoondoyal U. (ed.) Indians Overseas. The Mauritian Experience, Mahatma Gandhi Institute, Moka.
TROUILLET, Pierre-Yves (2009) « Les temples hindous dans la mondialisation, ou la réinvention diasporique d’une géographie religieuse ». in Rigal-Cellar Bernadette (dir.) Religions et mondialisation: Exils, expansions, résistances. Presses universitaires de Bordeaux, pp. 309-324.
TROUILLET, Pierre-Yves. (2006) « Mondialisation et territoires religieux dans les espaces tropicaux : Effets et enjeux de la  mondialisation sur la géographie mondiale de l’hindouisme et le nationalisme hindou ». Cahiers d’Outre-mer, « Mondialisation de l’économie et géographie des espaces tropicaux », n°236, Oct-Déc., Presses universitaires de Bordeaux, pp. 481-498.

Contact :
Trouillet Pierre-Yves, Doctorant, ATER en géographie
UFR de Géographie et d’Aménagement, Université Bordeaux 3
UMR ADES 5185 (CNRS/Université de Bordeaux)
http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article502
pytrouillet[at]hotmail.com ou pytrouillet[at]u-bordeaux3.fr

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Séminaire international : Les migrations internationales sud-asiatiques, 27-28 avril 2010

organisé par le laboratoire MIGRINTER – Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (99 avenue du recteur Pineau, Poitiers) les 27 et 28 avril 2010.

PROGRAMME

Tuesday, April 27th

10.00 – 10.15 : Opening session

10.15 – 12.30 : Session 1 : Identity, settlement and transnational strategies

10.15 – 11.00 : Philippe Venier (MIGRINTER, Poitiers)

Indians in the UAE and Kuwait: the construction of a sense of belonging?

11.00 – 11.45 : Radhika Kanchana (Institut d’Etudes Politiques, Paris)

Indian expatriates in Qatar and UAE: Comparative profile of the Keralite and Andhrite communities especially in entrepreneurial and white collar occupations.

11.45 – 12.30 : Ginu Oommen (FMSH-MIGRINTER, Poitiers)

The Evangelical Revivalism among the Syrian Christians of Kerala in Kuwait.

12.30 – 13.45 : Lunch

13.45 – 16.00 : Session 2 : Gender perspectives on South Asian migration

13.45 – 14.30 : Bindhulakshmi P. (TISS, Mumbai)

Women, illegality and Mobility: Indian women domestic workers in the labour market of UAE.

14.30 – 15.15 : Marie Percot (LAU/IIAC, Paris)

Masculinity in transnational migration: Malayali nurses’ husbands in Ireland.

15.15 – 16.00 : Souleye Hassane (MIGRINTER, Poitiers)

Shaadi.com: Matrimonial strategies, immigration and the new technologies.

16.00 – 16.30 : Tea/coffee break

16.30 – 18.00 : Session 3 : Tamils in France

16.30 – 17.15 : Anthony Goreau-Ponceaud (ADES, Bordeaux)

Sri Lankan Tamils in France: a recent visibility in the public space.

17.15 – 18.00 : Sreeleikha Nair (CWDS, New Delhi)

The Nation on the Move: A Narrative of Migrant Tamil Women’s Lives in Paris.

20.00 : Dinner

Wednesday 28th

09.00 – 10.30 : Session 4 : Old and new routes

09.00 – 09.45 : Eric Leclerc (AILLEURS, Rouen)

Brickfields (Kuala Lumpur): a old hub for the new transnational strategies of Indian IT engineers.

09.45 – 10.30 : Julie Baujard (IRSEA, Marseille)

Afghan refugees in Delhi: When religion determines the scale of the migration.

10.30 – 11.00 : Tea/coffee break

11.00 – 11.45 : Tristan Bruslé (HIMALAYA, Villejuif)

Nepalese workers in Qatar.

11.45 – 12.30 : Mary E. Breeding (Georgetown University, Washington D.C.) (to be confirmed)

Migrant Labor and Regional Policy Initiatives: Recruitment Agencies as Information Brokers.

13.45 – 15.15 : Session 5 : Socio-cultural implications of the international migration

13.45 – 14.30 : Manja Bomhoff (University of Leiden)

A long term cultural perspective on mobility: older persons in Thiruvananthapuram, Kerala.

14.30 – 15.15 : Ester Gallo (Centre for South Asian Studies, Edinburgh University)

Migration and Privilege in Kerala. Elites Discourses on International Mobility.

15.15 – 16.15 : Concluding session

This event is organized with the support of MIGRINTER (UMR 6588, CNRS – University of Poitiers), the University of Poitiers, and the Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (Paris).

For any query contact the organizors: Aurélie Varrel aurelie.v@gmail.com ; Philippe Venier (+33) 05 49 45 46 84

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Julie Humeau, 9 mars 2010

Les Tibétains exilés en Inde : dynamique de recomposition sociale et reconstruction identitaire des réfugiés.

Julie Humeau (IRSEA, Université de Provence)

Les Tibétains installés sur le territoire indien ont célébré en 2009 cinquante années d’exil. La société tibétaine réfugiée n’est plus en situation provisoire avec des moyens réduits pour survivre. Elle possède aujourd’hui des infrastructures permettant un développement durable sur un territoire étranger. Sans les terres et les subventions de base offertes par le gouvernement indien dans les premiers temps puis grâce à l’intervention des agences internationales, les Tibétains exilés n’auraient sans doute pas pu développer des dispositifs visant au maintien de leur identité culturelle.

À travers un descriptif de leur parcours migratoire et un panorama des différents sites d’installation (settlements), cette présentation vise à éclairer le processus de recomposition sociale, économique, politique et religieuse de la société tibétaine établie en Inde. Il s’agit également d’entrevoir les rôles respectifs de la société d’accueil, de la sphère internationale et de l’administration tibétaine, acteurs qui participent à cette reconstruction sociale et identitaire des réfugiés. La dernière partie se centrera sur le village de Dharamsala (Himachal Pradesh), où réside le Dalaï lama, leur chef spirituel et politique. Lieu de transit incontournable pour les Tibétains mais aussi pour les étrangers, Dharamsala s’affirme comme un espace à haute valeur symbolique. Le village est un pôle nébuleux avec l’implantation du siège du gouvernement, de nombreuses associations et de monastères qui participent de la volonté de créer une capitale tibétaine de l’exil. Nous verrons, à travers les évènements politiques et religieux qui se déroulent à Dharamsala, en quoi la composante politique dans le sentiment tibétain d’une identité collective a pris tout son sens en situation d’exil. Ces évènements répondent à l’exigence politique tibétaine de faire émerger une appartenance nationale inexistante au Tibet.

Ecouter la présentation

Bibliographie indicative :

Humeau, Julie, 2009, « Parrainer un tibétain en exil. Le retour spirituel du don », Revue du MAUSS permanente, 30 octobre 2009 [en ligne]. http://www.journaldumauss.net/spip.php?article573
Humeau, Julie, 2005, La réinterprétation du don. Étude au sein de la communauté tibétaine réfugiée de Dharamsala, Inde, Mémoire de Master Recherche sous la direction de François Robinne, IRSEA, Marseille. Université de Provence, Aix-Marseille I.
Humeau, Julie, 2003, Le parrainage d’enfants tibétains. Représentations de deux cultures en contact à travers une ONG, l’Aide à l’Enfance Tibétaine, Mémoire de Maîtrise sous la direction de François Robinne, IRSEA. Université de Provence, Aix-Marseille I.

Contact :

Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (UMR 6571 CNRS – Université de Provence)
Campus Saint Charles, 3 place Victor Hugo, 13003 Marseille

humeaujulie[at]yahoo.fr

Lieu : Laboratoire Himalaya, Villejuif, site CNRS, bâtiment D, RDC, salle de conférences. S’y rendre : http://www.vjf.cnrs.fr/himalaya/fr/planvjf.htm

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts

Colloque Médias des minorités ethniques, 18-19 mars 2010

Colloque international, Poitiers, 18 & 19 mars 2010

Se représenter autrement ? Les médias des minorités ethniques, entre hégémonie et résistances

Un colloque international organisé par l’équipe européenne d’excellence MINORITYMEDIA (6e PCRDT / Université de Poitiers) et le laboratoire MIGRINTER (CNRS-UMR 6588). 18-19 mars 2010, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS), Poitiers (France)

Le colloque aura lieu en anglais, avec une traduction simultanée possible en français lors des séances plénières.

Conférenciers invités :

– Prof. Sirma BILGE (CEETUM, Université de Montréal)

– Prof. Robin COHEN (IMI, University of Oxford)

– Prof. Daya THUSSU (University of Westminster)

61 communications présentées dans 12 sessions parallèles.

1 table ronde organisée avec des journalistes des médias des minorités ethniques.

Ce colloque international s’intéresse aux personnes qui font l’expérience de la déterritorialisation / reterritorialisation et qui développent ou maintiennent des relations sociales à l’intérieur mais aussi au-delà des cadres stato-nationaux, par le biais des médias des minorités ethniques. L’un des objectifs est de comprendre le rôle croissant de la communication médiatique dans la définition des significations, des usages et des appropriations des espaces culturel, social et religieux. Il s’agit d’analyser, dans le cadre des médias des minorités ethniques, la perception du sentiment d’appartenance, la (re)présentation collective du soi, ainsi que les pratiques culturelles et religieuses. Quel rôle jouent les médias des minorités ethniques en imaginant et en mobilisant de nouvelles communautés d’appartenance, ou en les transformant dans le contexte de la globalisation et de la diversité culturelle ?

Toutes les informations, le programme détaillé et le bulletin d’inscription (avant le 28/02) sont en ligne sur le site du programme : http://www.minoritymedia.eu/

Aurélie Varrel

Chargée de recherche en géographie au CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud, UMR 8564 CNRS-EHESS

More Posts