Jonathan Demenge, mai 2009

LE MONDE DES TRAVAILLEURS DE LA ROUTE AU LADAKH

Son travail porte sur la construction d’une route débutée il y a plus de 30 ans et visant à relier directement le Ladakh au versant Sud de l’Himalaya et au reste de l’Inde. Au delà des considérations géopolitiques liées à la proximité de la Chine et du Pakistan et des enjeux de désenclavement de villages isolés, la construction de cette route constitue un formidable défi humain. Lentement et au gré des saisons, la route taille son chemin à travers un paysage de vallées et de cols dépassant les 5000 mètres d’altitude, alternant entre parois verticales et pentes instables, et le long des gorges de la rivière Zanskar. Comme le rappelle la compagnie supervisant la construction « les routes dans ce terrain difficile ne sont pas faites uniquement de ciment et de béton, mais du sang des hommes de la Border Roads Organisation ». Ce défi constitue le quotidien de près de 2000 travailleurs et de leurs familles originaires du Népal, des plaines de l’Inde et en grande partie du district de Dumka au Jharkhand.

Pour certains de ces travailleurs aux fortunes et aux parcours fort divers, travailler sur les routes du Ladakh constitue une migration  saisonnière, pour d’autre une stratégie à plus long terme, ou encore une étape au cours d’un long voyage. Si beaucoup d’entre eux aspirent par la migration à une vie meilleure, peu y parviennent réellement. Ceci apparaît comme un paradoxe, étant donné les buts redistributifs affichés de la construction de la route. Basée sur un travail ethnographique effectué dans la région de Chilling entre 2006 et 2008, son étude constitue un examen des parcours de vie, du travail et de la relation à l’environnement au rythme des saisons, du quotidien et des stratégies de différents groupes de migrants. A travers une approche centrée sur l’étude des moyens d’existence (livelihoods approach), il tentera d’identifier, au lieux de destination et d’origine, les obstacles à l’amélioration des conditions d’existence des travailleurs migrants.

J. Demenge, 2009 (July), In the shadow of Zanskar: The Life of a Nepali Migrant, Ladakh Studies

Ecouter la communication

MIDAS, la présentation

Mobilités, Migrations et Diasporas d’Asie du Sud,
La construction de nouveaux mondes.

Organisation

Tristan Bruslé, « Milieux, Sociétés et Cultures en Himalaya » (CNRS)
Aurélie Varrel, Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS – EHESS)

Objectifs

Le but de ce séminaire est de réunir des chercheurs français travaillant sur le thème de la mobilité des hommes et des femmes d’Asie du sud dans et hors de leur région d’origine et d’en analyser les enjeux socio-spatiaux. Le terme de mobilité, tel que nous l’entendons, recouvre un ensemble de mouvements de population, qu’ils soient individuels ou collectifs, temporaires ou permanents, quotidiens, banals ou exceptionnels, à l’intérieur des frontières nationales ou hors de celles-ci. Ces mouvements peuvent être de différentes natures (agriculture, élevage, travail, réfugiés) et s’effectuer entre un lieu de départ (souvent un village) et un lieu d’arrivée (souvent une ville), voire entre davantage de lieux. Continuer la lecture de MIDAS, la présentation