Véronique Bouillier, le 20 Janvier 2011, 10 h

Procédures judiciaires francaises et populations originaires d’Asie du Sud : exemples du tribunal de Bobigny

Véronique Bouillier (Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, EHESS, Paris)

La communication de Véronique Bouillier portera sur les problèmes qui peuvent se poser au cours des interactions entre les personnes originaires d’Asie du Sud et les différentes instances judiciaires. Il ne s’agira pas ici de questions liées aux demandes d’asile mais de situations de justice « ordinaire » dans lesquelles peuvent naîtres des malentendus liés aux différences de perception culturelle et à l’absence de médiateurs institutionnels. A partir de récits d’avocats, de mentions sur les sites internet juridiques et d’observations faites auprès de différents tribunaux (Paris, Pontoise et surtout Bobigny, au niveau des affaires familiales comme des Assises), je présenterai différents cas qui s’articuleront autour de problématiques liées aux dénominations, aux situations familiales (autorité parentale, procédures de mariage et de divorce, partage des biens) et à la violence intra-communautaire (allant jusqu’au meurtre).

Ecouter la présentation

Lieu : Laboratoire Himalaya, Villejuif.

Bibliographie :

Dundes Renteln, Alison, 2005, « The Use and Abuse of the Cultural Defense », Canadian Journal of Law and Society, 20.1, pp. 47-67.

Fortier, Vincente, 2000, Justice, religions et croyances, Paris, CNRS Editions (CNRS Droit).

Garapon, Antoine, 2001, Bien Juger. Essai sur le ritual judiciaire, Paris, Odile Jacob

Garcia, Richard, 1993. « L’Etat Civil à point nommé », Accueillir n° 191, pp. 28-29

Kahn, Philippe, ed., 2001, L’Etranger et le droit de la famille, pluralité ethnique, pluralisme juridique, Paris, La Documentation française [Mission « Droit et Justice »]

Messner Francis et all., 2009, Les populations originaires de Turquie : la religion et le droit de la famille : approche socio-juridique [Rapport] , Paris, CNRS et GIP Droit et Justice (« L’étranger en France face et au regard du droit »).

Moliner, Christine, 2009, Invisible et modèle ? Première approche de l’immigrations sud-asiatique en France, Rapport d’étude pour la Direction de l’Accueil, de l’Intégration et de la Citoyenneté.

Moneger, Françoise, 2001, « L’Applicabilité du droit international privé de la famille », in P. Kahn ed., pp. 11-31.

Rude-Antoine, Edwige, 2001, « La coexistence des systèmes juridiques différents en France : l’exemple du droit familial », in P. Kahn ed., pp. 147-170.

Servan-Schreiber, Catherine, et Vuddamalay, Vasoodeven, « Diasporas indiennes dans la ville », Hommes et Migrations, n°1268-1269, 2007.

Delon Madavan, Mardi 15 mars 2011, EHESS, 10h

L’intégration socio spatiale des Tamouls dans la société « multiraciale » singapourienne

Delon Madavan (UMR ENEC 8185, Université Paris-Sorbonne)

Le peuplement de Singapour est lié à l’afflux d’immigrants chinois, malais et indiens. Durant la période coloniale, le pays a été marqué par la ségrégation ethnique et des émeutes intercommunautaires. A l’indépendance, en 1965, les dirigeants du nouvel Etat sont amenés à créer une identité qui rassemble l’ensemble des ethnies du pays. Le People’s Action Party, au pouvoir, décide de développer une politique « multiraciale » en reconnaissant officiellement quatre « races » séparées mais d’égale importance : les Chinois, les Malais, les Indiens et les autres. Chaque citoyen doit, dès lors, se reconnaître et se définir comme appartenant à l’une d’entre elles. Ce système « multiracial » CMIO (Chinese, Malay, Indian and Others) a permis aux citoyens de développer une double identité. Une première communautaire qui doit favoriser la préservation des différences culturelles des populations de la cité du Lion et une seconde nationale qui doit sceller l’unité de tous les citoyens autour de l’Etat.

En même temps, l’Etat singapourien rasa les anciens quartiers ethniques insalubres de l’époque coloniale et relogea les populations expropriées dans des immeubles sociaux (HDB) en périphérie de l’ancien centre ou dans des villes nouvelles. Cette révolution du territoire a également été l’occasion de créer une mixité « raciale » pour consolider l’harmonie intercommunautaire. En effet, l’Etat impose un quota « racial » par immeuble et par quartier qui correspond à la part de chaque catégorie CMIO dans la population du pays.
Parmi les différentes communautés du pays, les Tamouls, bien qu’ils ne représentent à peine que 4% de la population nationale, jouissent traditionnellement d’une place privilégiée dans la société « multiraciale » singapourienne. Leur supériorité démographique sur les autres groupes linguistiques sud-asiatiques a favorisé le choix de leur langue pour représenter la « race » indienne à Singapour. Ainsi, le tamoul est l’une des quatre langues officielles du pays au côté du mandarin, du malais et de l’anglais. L’élite de cette communauté a, par ailleurs, activement participé à la construction de cette société multiculturelle, plusieurs Tamouls ayant occupés la fonction honorifique de Président de la république de Singapour.

Cette communication aura pour objet d’analyser la place des Tamouls dans la société « multiraciale » singapourienne et leur perception du système CMIO. On s’interrogera également les conséquences  de l’arrivée massive d’une main d’œuvre étrangère sud-asiatique, qualifiée ou non, sur le modèle de société CMIO défendu par les dirigeants de la Cité Etat. Nous verrons également quelles sont les relations entre les citoyens indo-singapouriens et les populations de travailleurs venues d’Asie du Sud. On analysera notamment pour cela l’intégration socio spatiale des Tamouls dans trois espaces symboliques : le quartier de Little India, le quartier de logements sociaux d’Yshun et le quartier résidentiel principalement pavillonnaire d’Adam Road-Coronation Plaza à Bukit Timah.

Ecouter la présentation

Regarder la présentation

Lieu : EHESS, 190 avenue de France, Paris 13ème (Métro Quai de la Gare ou Bibliothèque). 6ème étage, salle 662 (prendre l’ascenseur B).

Bibliographie indicative :

De Koninck R., (2006), Singapour : La cité-Etat ambitieuse, Paris, Editions Belin, p.176

De Koninck R., (1992), Singapour :un atlas de la révolution du territoire, Montpellier, Gip Reclus, p.128Goldblum C., (1986), Singapour : une Cité-Etat moderne à l’épreuve de la fondation urbaine, Université Paris VIII, p. 996 (Thèse Doctorale d’Etat)

Madavan D., (2007), Le multiculturalisme à Singapour : Les populations de l’île et le système CMIO, Université Paris-Sorbonne, p.163 (mémoire de Master)

Margolin J. L., (1988), Singapour 1959-1987 :genèse d’un nouveau pays industriel, Paris, L’Harmattan, p.315

Ong Jin Hui et al. (sous dir.), (2000), Understanding Singapore Society, Singapore,Times Academics Press, p.608

Puru Shotam Nirmala., (2000), Negotiating Multiculturalism : Discipline Difference in Singapore, Berlin & New York, Mouton de Gruyter, p.294

Rai R., (2006), Singapore, dans Brij V. L. et al (sous dir.), Encyclopedia of the Indian Diaspora, Singapore, Editions Didier Millet, p. 176-188.

Sandhu K.S. et A. Mani (sous dir.), (1993), Indian Communities in Southeast Asia, Singapore, Times Academic Press, p. 983

Saw S.-H., (1999), The Population of Singapore, Singapore, ISEAS, p.255

Siddique S. et N. Puru Shotam, (1990), Singapore’s Little India :Past, Present and Future, Singapore, ISEAS, p. 184

Walker A. R., (1994), New Place, Old Ways : Essays on Indian Society and Culture in Modern Singapore, Delhi, Hindustan Publishing Corporation, p.298

Contact :

Madavan Delon, Doctorant, ATER en géographie, UFR de Géographie et d’Aménagement, Université Paris-Sorbonne, UMR ENEC 8185 (CNRS/Université Paris-Sorbonne/Université Paris VIII)

delonmadavan@gmail.com

Pierre Lachaier, 10 juin 2010, 10h

Les émigrés d’origine indienne au Portugal

La Comunidade Hindú de Portugal

Pierre Lachaier (EFEO)

Premier pays européen à atteindre l’Inde en 1498, le Portugal est aussi le dernier à quitter ses territoires et comptoirs en 1961. Et si dès 1686 la Couronne portugaise formalisa un accord de commerce avec une « Compagnie » de marchands de Diu, Gujarat, pour traiter avec le Mozambique, ce n’est qu’en 1975 que cette colonie obtint son indépendance. Dès lors les Indépendantistes de tendance socialiste-marxiste sont au pouvoir, et les Indiens qui s’étaient établis au Mozambique depuis le XIXe siècle commencent à émigrer en masse vers la métropole. Aujourd’hui, 90% d’entre eux, soit plus de 60 000 sont installés dans l’Aire Métropolitaine de Lisbonne. Ils comprennent majoritairement des Ismaéliens adeptes de l’Aga Khan, des Musulmans sunnites, des Hindous et des Chrétiens goannais. Hormis ces derniers, tous les autres sont des commerçants gujaratiphones. Après un aperçu sur l’ensemble de cette population émigrée d’origine indienne, nous nous intéresserons plus spécialement aux Lohana hindous, principaux promoteurs lisboètes de la Comunidade Hindú de Portugal, que nous avons étudiés en Inde.

Regarder la présentation de Pierre Lachaier

Ecouter la présentation de Pierre Lachaier

Malheiros J.M. Imigrantes na Região de Lisboa, os Anos de Mudança, Imigração e Processo de Integração das Comunidades de Origem Indiana, Ed. Colibri, Lisboa, 1996 (Emigrés dans la Région de Lisbonne. Les années de changement, immigration et processus d’intégration des communautés d’origine indienne).

Contact :
Pierre Lachaier
Ecole Française d’Extrême-Orient
CEIAS, 54 Bd Raspail, 75006 Paris
pierre.lachaier[at]wanadoo.fr

Lieu : Laboratoire Himalaya, CNRS, Villejuif, Salle de conférence (RDC). S’y rendre.

Catherine Servan-Schreiber (2/2), 1er décembre 2009

Musique et migration: Modèle caribéen ou modèle indianocéanique? L’exemple du chutney mauricien.
La musique est considérée comme bénéficiant  d’un statut particulier en contexte de diaspora. Son caractère paradoxal est souligné : support identitaire par excellence, mais tout autant  facteur de fusion, elle permet la circulation des savoir-faire, et à ce titre, elle documente l’histoire des échanges entre pays d’accueil et pays d’origine. En tant que résultant de la rencontre entre mondes indiens et créoles, la musique chutney a servi de référence dans le débat sur le multiculturalisme dans la Caraïbe. On se demandera si elle peut jouer ce rôle dans les sociétés indianocéaniques, et plus particulièrement à l’Ile Maurice,  à travers trois axes :

  • les échanges de savoir-faire
  • le redéploiement des thèmes migratoires par rapport à la période de l’engagisme
  • les réseaux migratoires musicaux

Lire le texte de l’intervention de Catherine Servan-Schreiber

Ecouter l’intervention de Catherine Servan-Schreiber

Catherine Servan-Schreiber (1/2), 1er décembre 2009

Catherine Servan-Schreiber (CEIAS, EHESS, Paris)

Brève présentation d’un corpus iconographique: Le migrant et sa représentation en Inde du Nord

Au Surinam et à l’Ile Maurice, la mémoire indienne présente souvent la démarche migratoire comme une fracture, un traumatisme, voire le produit de kidnappings. Alors que les travaux de Dirk Kolff sur la main d’œuvre militaire et les miens sur  les musiciens itinérants ont fait valoir de nombreuses références à la migration interne et externe à travers la tradition orale médiévale et contemporaine, la représentation imagée du migrant dans le pays d’origine reste peu connue. Je présenterai très brièvement le point de départ de la constitution d’un corpus iconographique montrant à la fois l’expression et la valorisation et d’une culture interne de migration. Une série d’illustrations circule donc sur ce thème en pays bhojpurophone. Je la mettrai (aussi brièvement) en parallèle avec la circulation de textes ayant pour vocation de produire des images disruptives sur la migration (littérature locale militante visant à dissuader le candidat de s’engager à l’étranger).

Ecouter l’intervention de Catherine Servan-Schreiber :

Regarder l’iconographie

Anouck Carsignol, 1er décembre 2009 10h

Matinée thématique : La diaspora indienne à l’île Maurice et au Canada : dynamiques de dilution et de différentiation culturelle

Anouck Carsignol (IHEID, Genève)

Le rôle ambivalent de l’Inde dans la construction identitaire en diaspora : une étude des Biharis de l’île Maurice et des Punjabis du Canada

Cette présentation explore la relation ambivalente de l’Inde vis-à-vis de ses communautés d’outremer, et analyse l’impact de la politique de New Delhi sur la construction identitaire en diaspora. Cette analyse est basée sur deux cas d’étude qui ont fait l’objet de recherches bibliographiques et d’enquêtes de terrain entre 2005 et 2009: les Indo-Mauriciens et les Indo-Canadiens. Je m’attarderai en particulier sur deux communautés singulières, les Biharis de l’île Maurice et les Punjabis du Canada, qui, malgré une trajectoire historique similaire, ont tissé des liens très différents avec leur pays d’origine. Tandis que les Biharis sont parvenus à capter le soutien de l’Inde dans ce qui constitue un véritable projet de ‘biharisation’ à Maurice, les Punjabis du Canada ont au contraire attiré l’inimité de New Delhi et la méfiance d’Ottawa. Malgré ces divergences de traitement, Biharis et Punjabis font preuve d’une mobilisation convergente en faveur de la reconnaissance de leurs spécificités, ravivant ainsi le débat relatif au pluralisme dans leur pays d’installation et, par effet de miroir, dans leur pays d’origine.

Cette étude de la relation d’interdépendance et du phénomène de co-production identitaire qui lient la diaspora à l’Etat, invite à repenser les études diasporiques, les théories du nationalisme et celles des Relations internationales non pas isolément, mais comme un champ d’analyse global.

La présentation Powerpoint d’Anouck Carsignol

Ecouter l’intervention d’Anouck Carsignol

Références bibliographiques:
‘La diaspora et l’Etat-nation sur la scène internationales: une étude des communautés indiennes à l’île Maurice et au Canada’, thèse non publiée, IHEID, Genève, 2009

‘La diaspora, instrument du Smart Power de l’Inde à Maurice et dans le monde’, EchoGéo, numéro 10, 2009(http://echogeo.revues.org/index11329.html)

‘From Coolies to Cultural Elites: Indo-Mauritians, Transnational Diasporic Organizations, and the Shaping of Mauritian Nation-State’, in MAHASE R., TEELUCKSINGH J., Indentureship to Globalization: New Perspectives on the Indian Diaspora, Lanham, Lexington Press, à paraître

‘Les Indo-Mauriciens en France: au carrefour des diasporas’, Hommes et Migrations numéro spécial ‘Les Indiens en France’, Paris, Adri, 2007, pp.120-128

Anouck Carsignol Singh
889 Carlaw Avenue
Toronto ON M4K 3L4
CANADA

e-mail: anouck.carsignol@graduateinstitute.ch

Le calendrier des séances de MIDAS 2008-2009

Présentation du séminaire.

Intervenants confirmés. Les dates et les lieux seront précisés au fur et à mesure.

Vendredi 21 Novembre 2008, 10 h, Université Paris X, Bât. A Salle 310 (s’y rendre)

Tristan Bruslé (CNRS) et Aurélie Varrel (U. de Poitiers – CNRS) Introduction au séminaire / La mobilité en Asie du Sud.

Ecouter la séance, lire le texte et regarder le diaporama.

Mardi 16 Décembre 2008, 14 h, Laboratoire Himalaya, Salle 511 (s’y rendre)

Sandrine Prévot (EHESS) La vie quotidienne dans un campement de pasteurs nomades du Rajasthan

Lire le résumer, écouter l’intervention de Sandrine Prévot et voir le diaporama.

Mardi 13 Janvier 2009, 10 h, Université Paris X, Bâtiment A  Salle 310 (s’y rendre)

Pierre Lachaier (EFEO) Les Khojas duodécimains gujaratiphones, la Jamate de La Courneuve et le réseau khoja mondial
Lire l’intervention et regarder la présentation de Pierre Lachaier

Jeudi 12 Février 2009, 10 h, Laboratoire Himalaya, Salle de conférences, Rez-de-chaussée (s’y rendre)

Aminah Mohammad-Arif (CNRS-CEIAS) Jackson Heights ou Jai Kishan Heights ? Entre visibilité et intégration, les Sud-Asiatiques à New York

Lire le résumé et écouter l’intervention

Jeudi 26 Mars 2009, 10 h 30, Université Paris X, Salle A 310

Christine Moliner (EHESS) Invisible et modèle ? Premiers résultats d’une étude en cours sur l’immigration sud-asiatique en France

Lire le résumé et écouter l’intervention

Mardi 28 Avril 2009,10 h, Laboratoire Himalaya, Salle de conférences, Rez-de-chaussée (s’y rendre)

Marie Percot (CNRS) Genre et migration : La migration des infirmières kéralaises ou quand les femmes partent en premier

Lire le résumé et écouter l’intervention

Mercredi 13 Mai 2009, 10 h, Laboratoire Himalaya, Salle de conférences, Rez-de-chaussée (s’y rendre)

Matinée « Travailleurs migrants en Inde »

Jonathan Demenge (IDS, Brighton) Le monde des travailleurs de la route au Ladakh
Lire le résumé et écouter l’intervention

Jeudi 4 Juin 2009, 9 h 30,Laboratoire Himalaya, Salle de conférences, Rez-de-chaussée (s’y rendre)

Matinée « Migrants et réfugiés dans la ville »

Julie Baujard (Université de Provence-IRSEA) Delhi, un « espace de dispersion » pour les réfugiés
Lire le résumé et écouter l’intervention

Barbara Tadié (EHESS) Migration, urbanisation, société civile : stratégies associatives dans la ville de Pokhara, Népal
Lire le résumé et écouter l’intervention

Julie Baujard, 4 juin 2009

Delhi : à la fois zone de convergence et « espace de dispersion » pour les réfugiés

Dans ma thèse, intitulée « Identité ‘réfugié’, identité transversale. Les réfugiés à Delhi au sein des dynamiques institutionnelles, communautaires et associatives », j’ai pris pour objet les réfugiés de Delhi, provenant principalement du Tibet, d’Afghanistan et de Birmanie, ainsi que d’Iran et de quelques pays d’Afrique dans une moindre mesure. La problématique de cette recherche fut d’interroger la catégorie « réfugié » en tant que telle et son impact dans le processus de construction identitaire dans le cas particulier de Delhi et en amont des catégories vernaculaires.

Partant de l’idée que la construction identitaire se réalise dans le rapport à l’autre, j’ai analysé les interactions sociales et culturelles des réfugiés au sein de la société d’accueil. Placés au cœur d’un système composé d’une grande variété d’acteurs que j’ai qualifié de « système-réfugié », les réfugiés entrent dans un processus de construction sociale accéléré par l’acquisition de ce nouveau statut ou sa revendication, et plus dépendante que toute autre d’un grand nombre de « partenaires ».

Le tout premier d’entre eux est la ville où convergent les réfugiés, la métropole tentaculaire de Delhi, impressionnant carrefour cosmopolite qui contraste avec le milieu d’origine de la plupart, même si certains sont d’origine urbaine. La ville constitue une zone de convergence : un carrefour réunissant différentes populations, des institutions qui les prennent en charge, des ONG, associations et activistes qui les défendent. Mais également, Delhi est comprise comme un « espace de dispersion » pour les réfugiés, pour reprendre le concept de Michel Foucault (1969) tel que François Robinne et Mandy Sadan l’ont mobilisé (2007), dans lequel ils peuvent puiser un grand nombre de ressources (professionnelles, économiques, sociales, politiques, médiatiques). C’est ce que je propose de vous exposer dans le détail au cours de cette présentation.

Ecouter la communication :

En regardant la présentation Powerpoint

Continuer la lecture de Julie Baujard, 4 juin 2009

Marie Percot, le 28 avril 2009

Genre et migration : La migration des infirmières kéralaises ou quand les femmes partent en premier

Marie Percot (CNRS)

Il y a désormais une tradition bien établie de migration des infirmières du Kérala dans les pays du Golfe et en Occident. L’USA Nurse est même devenu un vrai stéréotype au Kérala ces dernières années. Dans cette présentation, je souhaiterais tout d’abord faire un point de comparaison entre jeunes infirmières du Kérala et leurs consœurs du nord de l’Inde et aborder les dernières évolutions de cette niche migratoire. En un second temps, je tenterais d’analyser comment les infirmières migrantes gèrent les nombreuses contradictions dans lesquelles elles se trouvent comme femmes tête de pont de la migration, devant constamment renégocier leur statut tant professionnel qu’individuel, entre rôle traditionnel et aspirations personnelles. Je conclurai sur la vision des féministes indiennes (militantes ou universitaires) face à cette migration particulière.

Ecouter la séance :

Bibliographie sommaire :

Devika J. (2006), En-Gendering Individuals: The Language of Re-forming in Early 20th Century Keralam, Orient Longman, Hyderabad, 2006.

Ehrenreich B., Hochschild A.R. (ed) (2004), Global Women. Nannies, maids, and sex workers in the new economy,  Holt Paperback, New York.

George, Sheba M. (2005) When Women Come First. Gender and Class in Transnational Migration. Berkeley, University of California Press, 259 p.

Jeffrey, Robin (1993) Politics, Women and Well-Being, How Kerala Became a Model, New Delhi, Oxford University Press (Paperback), 285 p.

Kingma, Mireille (2005) Nurses on the Move: Migration and the Global Health Care Economy, New York, Cornell University Press.

Longva, Ahn Nga (1997) Walls Built on Sand. Migration, Exclusion and Society in Kuwait. Oxford: Westview Press.

Osella C., Oselle P. (2008), « Nuancing the « Migrant Experience ». Perspectives from Kerala, South India », in Transnational South Asians. The making of a neo-diaspora, S. Koshy et R. Radhakrishnan (ed), Oxford University Press, New Delhi: 146-180.

Percot, Marie (2005) « Les infirmières indiennes émigrées dans le Golfe : de l’opportunité à la stratégie », in Revue Européenne des Migrations Internationales 21 (1) (numéro Femmes, genre, migration et mobilités, sous la dir. de Christine Catarino, Mirjina Morokvasic et Marie-Antoinette Hily) : 29-54.

Raghuram, Parvati (2004) « The Difference that Skills Make: Gender, Family Migration Strategies and Regulated Labour Market » Journal of Ethnic and Migration Studies, 30 (2): 303-21.

Rudrappa, Sharmila (2008), « Braceros and techno braceros. Guest workers in the US and the commodification of low and high wage labour », in Transnational South Asians. The making of a neo-diaspora, S. Koshy et R. Radhakrishnan (ed), Oxford University Press, New Delhi: 291-324.

Zachariah, K.C., Rajan S.I. (2004). Gulf Revisited. Working paper No. 363, Trivandrum, Centre for Development Studies.

Lieu : CNRS Villejuif, Salle de conférences, rez-de-chaussée, Bâtiment D. S’y rendre.

Christine Moliner, le 26 mars, Nanterre

Invisible et modèle ? Premiers résultats d’une étude en cours sur l’immigration sud-asiatique en France

Christine Moliner (EHESS)

Dans le champs des études migratoires en général et des études sur les diasporas sud-asiatiques en particulier, les communautés sud-asiatiques établies en France sont méconnues. Les spécificités de leur parcours migratoire sont de ce fait ignorées aussi bien du grand public que des professionnels qui cotoient les populations immigrées ou des institutions qui définissent les politiques publiques en matière d’intégration.

Une étude en cours, dont on livrera ici les premiers résultats, tente de dresser un tableau d’ensemble des populations originaires du sous-continent indien en France, puis dans un deuxième temps, s’attachera plus spécifiquement aux parcours d’intégration des Pendjabis indiens et pakistanais.

Ecouter l’intervention de Christine Moliner

Lieu : Université Paris X Nanterre, Bâtiment A, Salle 310

Bibliographie

Hommes et migrations n°1268-1269 ‘Diasporas indiennes dans la ville’

Ashok (B.), La présence des Indiens du Nord en Ile de France, thèse de géographie, Paris 7, 1997

Anthony Goreau-Ponceaud, La diaspora tamoule: trajectoires spatio-temporelles et inscriptions territoriales en Ile de France, thèse de géographie, Bordeaux, 2008