MIDAS, la présentation

Mobilités, Migrations et Diasporas d’Asie du Sud,
La construction de nouveaux mondes.

Organisation

Tristan Bruslé, « Milieux, Sociétés et Cultures en Himalaya » (CNRS)
Aurélie Varrel, Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS – EHESS)

Objectifs

Le but de ce séminaire est de réunir des chercheurs français travaillant sur le thème de la mobilité des hommes et des femmes d’Asie du sud dans et hors de leur région d’origine et d’en analyser les enjeux socio-spatiaux. Le terme de mobilité, tel que nous l’entendons, recouvre un ensemble de mouvements de population, qu’ils soient individuels ou collectifs, temporaires ou permanents, quotidiens, banals ou exceptionnels, à l’intérieur des frontières nationales ou hors de celles-ci. Ces mouvements peuvent être de différentes natures (agriculture, élevage, travail, réfugiés) et s’effectuer entre un lieu de départ (souvent un village) et un lieu d’arrivée (souvent une ville), voire entre davantage de lieux.

La mobilité concerne un ensemble de groupes et d’individus qui sont aussi bien des éleveurs et des agriculteurs nomades que des travailleurs saisonniers ou des migrants hautement qualifiés. Elle s’inscrit dans des modes de vie « traditionnels », s’intègre au marché mondial de la main-d’œuvre ou s’insère dans des réseaux commerçants. Les migrations internes et internationales seront abordées en ayant à l’esprit que ces dernières sont bien souvent le prolongement des premières. La mobilité met ainsi en relation des espaces distants et crée des groupes sociaux ancrés en plusieurs lieux, au sein d’entités transnationales et diasporiques.

Au-delà de la diversité sociale des migrants et de la pluralité des destinations qui seront abordées par les contributions, le séminaire s’attachera à réfléchir sur les éventuelles spécificités des mobilités des Sud-Asiatiques. En quoi participent-elles (et reflètent-elles) aux évolutions sociales et spatiales en cours dans cette partie du monde ?

Nous proposons l’expression « nouveaux  mondes » car le déplacement induit la fréquentation d’espaces non inclus « traditionnellement » dans l’espace de vie des hommes. Il en résulte l’appropriation de lieux nouveaux, ainsi que la formation de mondes sociaux nouveaux. Les lieux de la mobilité dans leur ensemble (lieu de départ, de transit, d’arrivée, de travail) seront étudiés, en particulier au travers des liens qui sont tissés entre eux et des rapports que les migrants nouent avec eux. Qu’ils soient créateurs de lieux, qu’ils les modifient dans les espaces d’accueil (cf. quartiers ethniques) ou que par leurs actions ils modifient aussi les lieux d’où ils viennent, les migrants participent à la construction de nouveaux mondes.

Le séminaire souhaite donc explorer les liens entre la mobilité comme mode de vie et l’expression socio-spatiale de cette mobilité.

Les groupes sociaux étudiés sont originaires d’Asie du Sud mais l’horizon géographique dans lequel ils sont saisis n’est pas limité. L’horizon temporel est plus spécifiquement contemporain, même si des approches historiques pourront venir s’insérer ponctuellement dans le séminaire.

Plusieurs angles se dessinent :

– Les acteurs et les processus de mobilité

Les acteurs de la mobilité : les migrants eux-mêmes, leurs familles, les intermédiaires de la migration et les Etats (cf. politiques migratoires). Le cadre d’action des migrants se trouve à l’intersection des logiques de ces différents acteurs.
Histoires de vie et parcours migratoires. Etude des réseaux migratoires.
Pourquoi et comment se mettre en mouvement ? La mobilité comme ressource et comme tradition.

– La culture de la mobilité

L’étude de la mobilité passe par celle de la « culture de la migration » (cf. Massey). Si la mobilité est hautement valorisée dans les sociétés occidentales, qu’en est-il en Asie du Sud ? En quoi peut-on parler d’une culture de la migration ? Quelles en sont les formes matérielles et immatérielles, les modes de construction et de transmission ?

– Le monde des migrants et leur mode d’habiter ici et ailleurs

Comment s’organisent les migrants ?
Les nouveaux mondes sociaux : la formation d’entités sociales hors des lieux de départ et leurs processus de formation, de l’individu au groupe ; aspects sociaux, associatifs, identitaires (de caste et religieux).
Comment habiter en migration ? La question des rapports à l’espace des migrants.

– Les lieux de la mobilité

Villes et campagnes d’Asie du sud, villes d’ailleurs : en quoi les mobilités sud asiatiques participent-elles à la construction de nouveaux lieux ? Du Golfe persique en passant par le quartier de La Chapelle ou de South Hall, est-il possible de dégager des caractéristiques communes aux lieux de la diaspora et des migrants de l’Asie du sud ?
Formes d’appropriation de l’espace par les migrants.
La mobilité met en relation différents lieux et crée des liens entre eux. La question des relations entre espace de départ et d’arrivée sera posée : échanges et interactions, changements socio-spatiaux dans les lieux de départ (cf. migration-développement et co-développement).

Organisation :

Tristan Bruslé (Chargé de recherche au CNRS) et Aurélie Varrel (Chargée de recherche au CNRS)

Fréquence : mensuelle

Lieux : Villejuif (CNRS, laboratoire « Milieux, Sociétés et Cultures en Himalaya« ) ; Nanterre (Ecole doctorale « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent« ) ; Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Centre d’Etude de l’Inde et de l’Asie du Sud)

Fonctionnement (2 heures par séance) : Exposé d’une heure par le communicant, questions et discussion avec les participants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *